Archives de l'auteur : alain.vertain

LE LIEN DU RETRAITE-E-S SPECIAL RETRAITES

Numéro spécial JUILLET 2010

img

Au sommaire:

La retraite, enjeu de société.

1993 à 2007, une première étape.

Baisse des pensions.

Un discours, un argument bidon.

Comment dramatiser.

Un projet de loi, une nouvelle étape.

Cheminots concernés.

Retraites par points ou comptes notionnels.

Le COR critique.

Une solution : répartir autrement les  richesses.

La productivité, du temps libre.

Déficit et PIB.

Salarié et retraité.

Les propositions de Solidaires.

Faire comme les autres.

Les femmes concernées.

Le travail ou des activités choisies.

La retraite, l’UE et la Grèce.

A télécharger ici au format PDF

Retraites – 1er “lundi au soleil” à Paris

Les lundis au Soleil

img

La réforme des retraites baissera les pensions et le pouvoir d’achat (chacun devra capitaliser auprès des assurances privées !). Elle s’attaque à la clé de voûte de la protection sociale. D’autres financements sont possibles. Infiniment moins inégalitaires. Le projet de loi doit être retiré.

Pour imposer ce retrait, nous appelons partout en France, tous les collectifs locaux, à se réunir localement (et festivement) les lundis 28 juin, 6 septembre, 13 septembre, 20 septembre, 27 septembre, de 19h à 21h, pour des « LUNDIS AU SOLEIL », qui opposent la force de notre nombre au passage en force du gouvernement.

Chaque collectif local dans le lieu qui lui semble approprié, suivant l’organisation qu’il décide, avec casse-croutes, musiques, interventions, mais « TOUS ENSEMBLE », pour « tous ensemble » monter le son contre la réforme !

A Paris : premier LUNDI AU SOLEIL, Place de la Bourse, le 28 juin, de 19h à 21h, second arrondissement, avec ATTAC, COPERNIC, le PCF, le NPA, le PG, Solidaires, la FSU, les Alternatifs, LES VERTS, la Gauche Unitaire, le PCOF, la FASE, les collectifs locaux d’Ile de France…

Intervenants : Jacques Boutault (maire du second arrondissement), Jean-Marie Harribey (ATTAC), Caroline Mécary (Copernic), Martine Billard (PG) Olivier Besancenot (NPA), Olivier Dartigolles (PCF), Alain Lipietz (Les Verts), Annick Coupé (Solidaires), Daniel Rallet (FSU), Gérard Filoche (Inspecteur du travail), Danielle Jillet (Femmes Egalité) Jean-Jacques Boislaroussie (Les Alternatifs), Freddy Bruneel (Collectif de défense des retraites des Yvelines), Jean-Claude Chailey (Résistance sociale)…


28 juin 2010

DESSIN D’ACTUALITE

dessin

Patrick Mignard

Les retraités toujours mobilisés

Manifestations unitaires du 24 juin

Le  gouvernement  annonce  progressivement  ses  intentions  en  ce  qui  concerne  sa  contre-réforme  sur  les  retraites.
Comme  prévu  par  la majorité  des  organisations  syndicales  de  salariés,  son  programme  répond  en  grande  partie  aux revendications  du  grand  patronat  représenté  par  le Medef  et  aux  exigences  de  rigueur  à  l’égard  des  salariés  et  des retraités  imposées  par  les  « marchés  financiers »,  leurs  alliés  internationaux,  tels  le  FMI  et  les  principales  banques centrales.
Après avoir favorisé fiscalement pendant des années les multinationales, dont celles de la finance, après avoir avancé des milliards d’euros et de dollars pour sauver les banques et, derrière elles, les « investisseurs », en fait les détenteurs de  capitaux  énormes  qui  spéculent  sur  un  peu  tout  pour  « faire  de  l’argent  rapidement »,  les  Etats  se  trouvent maintenant  face à des déficits publics élevés. En Europe,  les gouvernements qui,  il y a peu, étaient  laxistes sur cette question,  la  remettent en avant pour  imposer une plus grande  rigueur à  la majorité des populations. Les plus  touchés sont généralement  les  fonctionnaires et  les agents publics,  les  retraités, et celles et ceux qui dépendent plus ou moins des transferts sociaux dont les budgets sont partout remis en cause.
La  finance,  pour  renforcer  son  emprise,  par  le  biais  des  forces  gouvernementales  qui  se  refusent  toujours  à  la  moindre mise en cause un peu efficace, mène des attaques convergentes : maintenir un chômage de masse en obligeant celles et ceux qui ont un emploi à travailler plus longtemps (ainsi, le recul de l’âge de départ en retraite, les remises en cause  des  réductions  du  temps  de  travail,  etc) ;  augmentation  de  la  précarité  et  de  la  fragilisation  financière  des personnes  (attaques  contre  les  conventions  collectives,  les  statuts,  les  contrats  de  travail  à  durée  déterminée,  baisse nominale des salaires des agents publics et des retraites, etc).
L’Union  Nationale  Interprofessionnelle  des  Retraités  Solidaires  (UNIRS)  estime  que  l’heure  est  bien  à  une convergence des actions revendicatives à l’intérieur de l’Union européenne. Les retraités d’aujourd’hui ont été souvent  actifs hier pour  favoriser  le  rapprochement entre  les peuples d’Europe, pour ne plus connaître  les guerres  fratricides.
L’Europe de la paix ne peut être une Europe sans solidarités entre les générations, sans solidarités entre les territoires et les populations, sans services publics et sans protections sociales.
Les coups d’arrêts qui pourront être portés dans chaque pays aux opérations destructrices de ces  solidarités  seront autant d’actes de résistance et de reconquête.
L’UNIRS appelle à participer fortement aux actions unitaires du 24 juin décidées par l’intersyndicale CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA. Les objectifs à atteindre sont bien le plein emploi, par une autre répartition des richesses et  par  une  autre  distribution  du  travail  et  du  temps  de  travail.  Les  « marchés  financiers »  ne  peuvent  pas  rester  les  décideurs suprêmes de la marche du monde et de la vie des populations.

Une manif improvisée

Réunion annuelle 2010 de la liaison des retraités SUD-Rail.


imgCette année, c’est la région midi-Pyrénées qui nous a accueilli dans l’agréable centre de vacances d’Antichan de Frontigne (dépendant de la mairie de Toulouse) et situé au pied du col des Ares.
Comme prévu les matinées sont consacrées à discuter des différents thèmes de société.
Les après-midi par contre sont libres et consacrés à la découverte de la région. Ce mardi 1er juin un groupe composé de 13 personnes a décidé sur proposition de camarades  Midi-Pyrénéens  de  visiter un site exceptionnel  « Montmaurin » situé en Comminges au nord de St Gaudens. Ce site a pour particularité de posséder plusieurs périodes historiques : préhistoire et  Gallo-Romaine
1. La villa gallo Romaine découverte en 1946 a été édifiée vers le 1er siècle de notre ère puis modifiée au IIIe et jusqu’au Ve siècle.   Une très belle représentation de la présence romaine sur cette zone .  Les communs regroupaient le logement de 500 employés des forges, une tuilerie-briqueterie et un atelier de tissage.
Nous remercions la guide qui nous a commenté d’une façon très explicite cette visite tant sur le côté architectural que sociétal.
2. Le musée situé dans le bâtiment de la mairie du village, riche de nombreuses pièces, témoigne de la présence humaine et de plusieurs civilisations s’étalant sur plusieurs siècles.
Malgré l’exiguïté des lieux  où sont exposés ces objets, nous ne nous attendions pas à découvrir + de 200 000 ans d’histoire, nous avons également apprécié les  explications détaillées de la conservatrice Thérése Miro qui passionnée par  ce bénévolat nous a aussi alerté sur un projet de carrière qui dénaturera ce  site magnifique.
3. Les gorges de la Save : elles s’étendent sur 5km et sont entourées d’une forêt aux essences rares ( chênes verts  et  pubescents, hêtres etc… ). La rivière a créé  des  méandres et des falaises pouvant atteindre 20 mètres de hauteur  en moyenne. C’est ici que  pendant des siècles ont vécu des pré-néanderthaliens  dans des cavités (niches) leur offrant un abri naturel exceptionnel.Revers de la médaille : C’est sur les falaises au-dessus des gorges qu’un projet de carrière à échelle industrielle est prévue.
Conséquences        :
• destruction de la forêt ,
• saccage des niches pas encore finies d’explorer,
•  route inadaptée : donc des aménagements seront nécessaires pour faciliter la circulation des 60 à 80 camions prévus journalièrement.
• Circulation outrancière sur ce site qui ne demande qu’une amélioration de son classement pour sauvegarder ce patrimoine.
• Pollution tant de l’air que du sous-sol
Autre point noir et pas des moindres, pour extraire ces granulats, destinés essentiellement à l’agglomération toulousaine qui connait actuellement un développement galopant, des charges explosives mensuelles de 2000  KILOS seront utilisées au mépris de la richesse archéologique, historique et humaine, engendrant une destruction rapide du site.
Beaucoup d’interrogations subsistent, entre autres, comment vont pouvoir cohabiter les touristes, la population, les travailleurs de la carrière.
Alors vous comprenez que nous ne pouvions restés insensibles à cette situation et qu’il fallait qu’on la dénonce avec force.
Une pétition existe  nous vous invitons à la signer en masse.
Suivre ce lien :   http://www.lapetition.be/en-ligne/petition-6932.htmlBien sûr tout n’est pas dit dans ce compte rendu, ceux qui désirent en savoir plus peuvent consulter les liens suivants :
http://www.vivreencomminges.org/spip.php?article356http://tvbruits.org/spip.php?article1422
Site sur la villa :
http://montmaurin.monuments-nationaux.fr/
Le musée :
http://www.vivezlecomminges.com/pages%20site/Therese.htm
Tourisme/loisirs :
http://www.balado.fr/loisirs-balades/31350-montmaurin/archéologie/88601-musée-de-montmaurin/carte-itinéraire
et beaucoup d’autres informations en tapant sur un moteur de re
cherche “Montmaurin” .
Compte-Rendu à faire suivre  à vos contacts .
Ne laissons pas  l’argent roi gagner encore une fois !!!


Les 13 touristes/manifestants

Salut Etienne

Salut Camarade, Salut l’ami, Salut Etienne !

img

Etienne est parti le dimanche 30 mai.

Hospitalisé le 4 mai pour une intervention chirurgicale, il passait une convalescence tranquille en famille à Royan et devait regagner son domicile en banlieue parisienne début juin. Des complications sont survenues le 28 mai et une seconde intervention a été nécessaire mais il est décédé dans la nuit du 30 mai.

Depuis longtemps, Etienne était notre compagnon de lutte et de combat contre toutes les formes d’injustices et de discriminations. Militant syndical sur la région Paris Est, dès son entrée à la SNCF, il a pris rapidement des responsabilités au sein des structures locales régionales puis nationales. Il a été  pendant de longues années l’animateur de la liaison nationale Matériel.

En 1995, refusant catégoriquement la dérive de son organisation syndicale vers le réformisme,  il a participe activement à la création de Sud Rail.

Etienne a pris sa retraite en 1999 et a poursuivi son engagement dans l’animation de la liaison retraite.

Etienne a toujours privilégié l’humanisme au matérialisme, l’intérêt collectif à l’intérêt individuel, c’était un homme de dialogue mais il était ferme dans ses convictions,

Son engagement ne pouvait se réaliser sans affrontement : ses « coups de gueule » sont légendaires ! Mais derrière cette apparente fermeté, Etienne était d’une grande sensibilité.

Voilà quelles étaient les 2 faces indissociables de notre camarade.

Etienne n’est plus avec nous mais il  n’est pas loin, il est à nos côtés et sa présence dans nos pensées et dans nos cœurs sera toujours un encouragement à continuer la lutte.

Son  souvenir nous accompagnera toujours et notre devoir est de continuer « son » combat, notre combat.

A sa compagne Sylvia, à ses enfants, nous tenons à exprimer notre peine, notre solidarité, et toute notre affection.

Salut Etienne, tu vas nous manquer !

La liaison nationale Retraité-e-s vous rappelle qu’une collecte est ouverte en solidarité avec la famille d’Etienne qui nous a quitté le 30 mai dernier.
Vous pouvez nous adresser vos dons à la fédération (liquide ou chèques libellés à l’ordre de SUD-Rail). Merci d’accompagner votre don de la mention : “Solidarité avec la famille d’Etienne”.
Cette collecte sera remise à sa compagne Sylvia vendredi 25 juin à 11h30 au cours d’une réunion où sont invités toutes celles et tous ceux qui veulent lui apporter soutien et sympathie. Un repas froid sera servi à cette occasion.
Merci pour votre Solidarité.
La liaison Retraité-e-s

12 et 13 juin : Marche mondiale des Femmes 2010

Tant que les femmes ne seront pas libres, nous marcherons  !

La Marche mondiale des femmes s’est créée en 2000. C’est un mouvement international rassemblant, dans le monde entier, des organisations, des syndicats et des associations de femmes et agissant pour éliminer les causes à l’origine de la pauvreté et de la violence envers les femdessinmes.

En France, les femmes subissent de plein fouet les conséquences de la crise. Les droits acquis par les luttes sont aujourd’hui menacés.

Au travail, l’égalité n’est toujours pas au rendez-vous : inégalités salariales, temps partiel imposé, précarité et emplois sous-payés… Les femmes sont plus au chômage… La nouvelle contre-réforme des retraites préparée par le gouvernement va, encore une fois, pénaliser lourdement les femmes alors qu’elles perçoivent déjà, en moyenne, une pension inférieure de 40 % par rapport à celles des hommes !

Dans la famille, la charge des enfants et des tâches ménagères restent peu partagées… Le droit à l’avortement est remis en cause par la fermeture de centres IVG… Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou excompagnon et les violences sous toutes les formes continuent de faire vivre de nombreuses femmes dans la peur et la honte… Solidaires est une organisation syndicale attachée à l’égalité des droits entre hommes et femmes, au travail comme dans la société toute entière. Voila pourquoi l’Union syndicale Solidaires appelle à participer massivement les 12 et 13 juin à la Marche mondiale des femmes !

Samedi 12 juin : manifestation nationale à Paris 16 h – Place de la République

LES RETRAITES DANS LA RUE LE 27 MAI

Les retraités, avec les actifs, les jeunes et les chômeurs, dans les actions et manifestations unitaires du jeudi 27 mai.

Les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA appellent les salariés, les retraités, les jeunes et les privés d’emploi à une journée nationale de mobilisation, de grèves et de manifestations, le jeudi 27 mai 2010, dans un contexte économique et social caractérisé par une situation de l’emploi dégradée, des difficultés de pouvoir d’achat et une aggravation des conditions de travail pour de nombreux salariés, dans le public et dans le privé.

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires (UNIRS) appelle toutes les personnes retraitées à participer à ces actions, et particulièrement à toutes les manifestations qui se dérouleront dans les départements et les principales villes.

Les personnes retraitées ne peuvent tolérer de voir remises en cause tous les jours, par le patronat et par le gouvernement, les valeurs de solidarité et de progrès social partagées très majoritairement par la population française lors de la période de reconstruction aux lendemains de la Libération. Elles ne peuvent accepter que la France d’aujourd’hui, immensément plus riche que celle de 1945, soit rendue incapable de partager ses richesses au profit de toutes et tous.

Le plein emploi est une nécessité, par un partage différent du temps de travail qui donnerait du travail à celles et ceux qui n’en ont pas du tout et qui allègerait les charges et conditions de travail des autres. Il n’est pas acceptable d’envisager de reculer encore l’âge de départ en retraite des seniors pendant que leurs enfants et leurs petits-enfants sont sans emploi.

Un autre partage des richesses est indispensable et urgent. Il n’est pas tolérable de voir des couches de plus en plus nombreuses de la population sombrer dans la précarité au quotidien, dans l’angoisse du lendemain, pendant que le luxe et le gâchis s’affichent ostensiblement de la part d’une minorité qui s’attribue tous les privilèges. Il faut un autre partage des richesses dans les entreprises, par une augmentation générale des salaires modestes et moyens, par une réduction des dividendes versés aux actionnaires et une taxation majorée des bénéfices non réinvestis dans l’entreprise. Il faut une réforme de la fiscalité qui fasse moins appel à la TVA et taxe enfin les revenus financiers et les profits les plus importants. De telles réformes seraient de nature à réduire les inégalités et à donner les moyens financiers aux branches de la Sécurité sociale pour les retraites et pour l’assurance-maladie.

L’UNIRS constate que les mêmes politiques régressives sont renforcées dans tous les pays de l’Union européenne, toujours pour « rassurer les marchés financiers ». Il était un temps où la politique du pays ne se faisait pas « à la corbeille ». Désormais, ce sont les principaux détenteurs de capitaux qui décident, en fait, des orientations politiques et budgétaires des gouvernements qui leur ont donné progressivement toutes les clés pour investir et spéculer très librement sur l’ensemble de la planète, sans contrôles et sans contraintes, en mettant en concurrence brutale entre eux les travailleurs des cinq continents, et leurs droits sociaux, leurs droits collectifs et individuels, leur protection sociale.

Il est temps de cesser cette politique censitaire qui donne d’autant plus de pouvoirs aux personnes qu’elles détiennent de capital, pour aller vers une démocratie politique effective.

Ceci donne autant de raisons aux personnes âgées de manifester le 27 mai aux côtés de leurs enfants et de leurs petits-enfants pour construire ensemble une société plus juste et plus solidaire.

DESSIN D’ACTUALITE

dessin

Patrick Mignard

Les retraité-e-s manifesteront aussi le 1er mai

Après la journée de grèves et de manifestations du 23 mars, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA appellent les salariés à manifester très nombreux le 1° mai « pour affirmer leurs attentes d’un monde plus juste où, partout, chacun a droit à un travail décent ».

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires appelle à participer nombreux et nombreuses aux manifestations syndicales unitaires qui auront lieu dans tous les départements et dans de nombreuses villes.

L’urgence du moment, et l’urgence des mobilisations, compte tenu du nouveau front engagé par le gouvernement et le patronat, est bien l’unité d’action contre les nouvelles contre-réformes programmées en matière de retraites.

De nombreux retraités d’aujourd’hui vivent déjà au quotidien les conséquences des réformes passées. Celle de 1987, qui a décidé de ne plus indexer l’évolution des pensions versées aux retraités sur l’évolution des salaires des actifs, mais sur les prix. Celle de 1993, qui a décidé que le niveau de la retraite de base des salariés du secteur privé serait désormais calculé sur les vingt-cinq meilleures années et non plus sur les dix meilleures années et qui a fixé à quarante ans la durée de cotisation pour avoir droit à une retraite à taux plein, au lieu de 37,5 ans auparavant. Celle de 1996, qui a limité les retraites complémentaires. Celle de 2003 qui, au motif « d’égalité », a étendu à la fonction publique la règle des 40 ans de cotisation. Et celle de 2008 qui a étendu ceci aux régimes spéciaux de retraite des grandes entreprises publiques, et qui a fixé à 41 ans à partir de 2012 la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein.

Les gouvernements porteurs de ces reculs nous disaient déjà que ce qu’ils faisaient, c’était pour « sauver nos retraites ». Nous voyons tous les jours qu’ils n’ont pas sauvé nos retraites, mais qu’ils ont mis en place des systèmes pour nous les rogner un peu plus chaque mois, chaque année.

Pendant le même temps, nous avons pu voir croître les inégalités,. Nous avons vu des milliards d’euros versés à des banques responsables d’une crise aux conséquences énormes et dramatiques, euros versés généreusement et sans contreparties effectives, pendant que la « rigueur » était renforcée à l’égard des salariés, des services publics, de la Sécurité sociale, etc.

Les gouvernements nous ont menti hier. Ils continuent de mentir aujourd’hui. Ce qu’ils veulent, ce qu’ils font réellement, c’est « satisfaire les marchés financiers », c’est généraliser la concurrence entre les territoires pour les rendre « attractifs », non pas à leurs habitants, mais attractifs aux capitaux mobiles sur la planète.

Leur rigueur, leur « tolérance zéro », leur répression s’appliquent bien plus vite et bien plus fort à l’égard des pauvres, des modestes, des moyens, que des privilégiés qui peuvent continuer leurs « affaires » en conservant la confiance des dirigeants politiques !

Ce sont donc des orientations fondamentalement différentes qu’il faut prendre en matière de politique de l’emploi, de politique de l’investissement public, de politique fiscale et budgétaire, de politique salariale dans le privé et dans le public, de politique d’ éducation et de formation, de politique sociale et solidaire.

Pour toutes ces raisons, les retraités et les retraitées de l’UNIRS Solidaires seront dans les manifestations unitaires du 1° mai 2010.