Notre action au Burkina Faso

Solidarité Burkina Faso

 

Depuis 2011, la Liaison des retraité(e)s SUD-Rail finance par les dons de ses adhérents un projet de construction de 3 classes en dur au Burkina Faso dans un village perdu (Koaré) à plus de 200 kms de la capitale Ouagadougou. Ce pays est un des plus pauvres de la planète et les problèmes de santé, d’accès à l’eau et d’éducation sont importants. Le fort taux de natalité, l’augmentation de la  scolarisation des filles font que les besoins en classes, en enseignants sont énormes et comme en France, les politiques ont toujours été plus préoccupés par leur enrichissement ou celui d’une minorité que par l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble de la population.

Nous avons depuis l’initiation de cette action construit deux classes, la seconde venant d’être inaugurée en février 2017 en présence d’une délégation de retraités de notre fédération. Cette réussite, une goutte d’eau dans un océan de besoins, est une réalisation concrète de ce que tous ensemble nous sommes capables de réaliser en Solidarité avec un pays pauvre. Solidarité Internationale mais aussi dans notre pays pour des personnes dans le besoin, dans le malheur ou en attente d’un travail, d’un logement ou de papiers, telle est notre devise !

IMG_1022Dans notre quête aux dons, le Syndicat régional de Paris St Lazare est un exemple :

  • tous les congrès, les AG se font en présence d’un stand Burkina, les bénéfices allant à la construction de ces classes,
  • Le syndicat a instauré dès 2013 le versement de un euro une fois par an par adhérent, somme qui semble dérisoire mais qui représente 1000 € par an dans le financement de notre action.

D’autres syndicats versent sur des principes différents, certains ne le font pas et enfin quelques uns sont contre ce projet, c’est leur choix !

Le coût d’une classe est d’environ 9000€ auxquels il faut ajouter 1500€ d’équipement en tables/ bancs, bureau, armoires et fournitures scolaires.

Chaque euro versé est scrupuleusement reversé là-bas pour l’achat des matériaux, pour la main d’œuvre et le transport.

Chaque voyageur se rendant au Burkina pour une visite de l’école, une inauguration finance son voyage et tous les frais relatif à celui-ci.

Sans la participation active du Syndicat de Paris St Lazare, nous n’en serions pas encore à ce stade d’avancement. Ce financement ne concerne pas uniquement les retraité(e)s, les actifs peuvent aussi y participer à titre individuel

IMG_1028

La 3ème classe, c’est pour bientôt ! Vous pouvez y participer en faisant un chèque, au dos Solidarité Burkina à l’ordre de l’UFR SUD-Rail, adressé à la Fédération SUD-Rail , Liaisons Retraités , 17 Boulevard de la Libération, 93200 ST DENIS.

 

SOLIDARITE AVEC LE BURKINA

 

Inauguration de la deuxième Classe de Koaré

 

Le 04 février 2017 une délégation du syndicat SUD-Rail et de retraités dona-teurs pour la réalisation et construction de 3 classes d’enseignement primaire dans le secteur de Fada-N’gourma a été tout d’abord reçue par le chef du village puis par les autorités régionales du Burki-na Faso. Après les hommages et les sa-lutations de Monsieur le Maire de Fada-

IMG_0248

N’Gourma, Monsieur Jean Claude Loari, et celles de Monsieur le Député Idani-Omar, ceux-ci ont respectivement remercié l’ensemble de notre délégation et par de-là même l’action du Syndicat SUD-Rail et ses donateurs pour la réalisation et la construction de 3 classes à Kouaré ou Koaré (les deux se disent).

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La classe avant notre financement

 

Nous avons donc  inauguré la deuxième phase du projet de construction de cette école primaire avec la présence de Monsieur le Directeur de cette même école Théophile Coulidiati. Lors des différents discours Monsieur le Maire de Fada-N’Gourma a insisté sur le fait de la nécessité de construction d’un collège de proximité, argumentant notamment certaines difficultés pour

les filles de poursuivre leur enseignement après le primaire.

Monsieur le Maire dans son discours et face à la population du village annonce officiellement pour fin 2017 la construction d’un Lycée à Koaré ! Le financement sera donc réalisé par la région de Fada N’Gourma. Par la suite le représentant de la délégation SUD-Rail dans son discours a souligné également l’importance des relais locaux au Burkina Faso, qui constituent dans le projet global l’interface nécessaire à notre action de solidarité au Burkina Faso dans son ensemble. Notre représentant pour cela a remercié les personnes locales,  Philippe Ilboudo et son épouse Elise, tous les deux à l’origine du projet de construction de cette école primaire à Koaré et sans qui la réalisation aurait été difficile.

 

Cette construction de trois classes à Kouaré est aussi complétée par l’équipement de matériel de classe (bureaux, armoires, tableaux, tables banc pour les élèves) et une réserve de financement est déjà en place pour le dernier tiers du projet (la 3ème classe) qui reste à réaliser. Nous ne devons pas passer sous silence l’importance du Chef coutumier du village de Kouaré. Ce personnage est en effet la plus haute autorité du village et de ses alentours. Cette « chefferie » traditionnelle est très respectée par la population et les politiques. En effet, cette personnalité joue un immense rôle dans les médiations à tous les niveaux de la région et de la vie dans son ensemble pour toutes les ethnies du Burkina-Faso. Ce Chef dans cette région devant lequel tout le monde se prosterne nous remerciera par des offrandes (6 volailles) ce qui constitue un énorme sacrifice pour le village!

2

 

 

 Pour que cela change et grâce à l’enseignement, donne-moi envie de me battre !

 

Le 06 février 2017, notre délégation retournera dans le village de Kouaré, pour cette fois ci offrir à la population et à son école primaire,des médicaments, stylos, cahiers, dictionnaires ballon de foot, vêtements.

Burkina 2017 (45)

Lors de cette visite nous apprendrons que l’école que nous finançons comporte 190 élèves en primaire et 9 enseignants et que les rythmes de travail sont: les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 7h30 à midi et de 14 h à 16h. Pour le mercredi de 7h30 à midi.

Après une visite complète du dispensaire et de la maternité de ce village de Kouaré et après avoir écouté les besoins de cet établissement par sa responsable, nous avons offert un sac de médicaments de premiers soins, et des vêtements de bébé.

La maternité et la structure hospitalière restent tout de même très vétustes dans leurs équipements ! Nous avons également été invités à nous rendre dans un autre secteur « Koapandi » qui dépend de Koaré. Son école primaire est aussi dans une extrême précarité et en dessous de tout ce que nous pouvions imaginer pour les 150 élèves de cette école sous paillotte en période de forte chaleur et sous la pluie en période d’hivernage. Malheureusement nous n’avons pas les moyens matériels de venir en aide à toutes les écoles dans cette situation, cependant notre action est déjà salutaire.

 

Burkina 2017 (18)

Inutile donc de mentionner l’intérêt de notre projet et sa réalisation, les besoins sont immenses, et notre solidarité envers la population dans cette partie du globe démontre que nos valeurs ne s’arrêtent pas à nos frontièr es, mais qu’elles sont bien internationales.

 

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

La deuxième classe après notre financement

Il est aussi important de souligner que notre délégation SUD-Rail (Gilles Le Loupp et sa femme Marie-Renée, Bernard Weckel,  Xavier Carreaud,  Georges Larrieu, Rémy Florenty et Françoise Faillières) ont tous financé leur voyage et leur séjour sur leurs propres deniers.

 Xavier Carreaud

4

 

 

 

 

 

Gestion de Béziers par le FN

Béziers, laboratoire de l’extrême droite

Publié le 18 janvier 2015 par Philippe Cazal

Le Collectif narbonnais de Lutte contre le Racisme, la Xénophobie et les Discriminations avait invité, vendredi 16 janvier à Narbonne, plusieurs citoyens biterrois à un débat intitulé « Vivre dans une ville gérée par l’extrême droite ». Ces témoignages ont apporté une sorte de bilan de la gestion municipale de Robert Ménard, dix mois après son élection, et une analyse du processus en cours.

« Nous avons pris l’initiative de ce débat », explique Marie Rennes, membre du collectif narbonnais, après avoir vu le rapprochement entre les deux maires de Narbonne et Béziers. L’attitude de Didier Mouly, estime le collectif, de « dérouler le tapis rouge à Robert Ménard », revient à « lui donner une légitimité, à montrer que c’est un maire comme les autres ».

Le témoignage des Biterrois montrera que Robert Ménard n’est pas vraiment un maire comme les autres.

Pour ce qui est de son bilan, les intervenants mettent en avant des faits concrets et illustrent le climat qui règne désormais à Béziers.

Un maire pas vraiment comme les autres

Il y a ce qu’Yvan Vialettes, délégué CGT à la mairie et responsable régional CGT des agents territoriaux, appelle une « chasse aux sorcières » au sein des équipes municipales, qui a atteint (par licenciement, mutation ou rupture de contrat) les directeurs de la médiation, de la police municipale, de la culture, de l’informatique, pourtant « des gens compétents ».

Il y a aussi des propos envers l’ensemble du personnel municipal, le maire leur annonçant qu’il allait « les mettre au boulot » et déclarant qu’il saisirait l’Ordre des Médecins pour sanctionner les médecins qui donnent trop d’arrêts de travail aux agents.

Mais le plus significatif est certainement la nouvelle orientation de l’action municipale vers le sécuritaire, avec des conséquences sur les autres lignes budgétaires, et dans un sens anti-social.

Alain Renouard, qui était directeur de la prévention-médiation au Pôle sécurité publique de la ville de Béziers, a été licencié et à ce titre il a saisi le Tribunal administratif (voir plus loin). « Nous étions dans l’échange, le travail sur l’humain, le contact », dit-il. « Très rapidement je me suis aperçu que ce n’était pas leur tasse de thé : ils partent du principe de mettre en avant d’abord le répressif. » Effectivement, la médiation a été rattachée à la police municipale et le nouveau maire, comme il l’avait annoncé, renforce la police municipale, dont il veut doubler les effectifs. Lire la suite »

Terrorisme et climat

Terrorisme : et si on cherchait les causes du côté du changement climatique ?

Barnabé Binctin (Reporterre)

 

Doc1

2015 devait être l’année du climat, elle est pour l’instant celle du terrorisme, qui inonde médias et vie politique depuis les attentats de Paris. Mais le terrorisme est-il étranger à l’enjeu climatique ? Des chercheurs montrent les interdépendances entre réchauffement climatique et développement du terrorisme.


Après un Conseil européen des Affaires étrangères exceptionnel, qui s’est tenu lundi 19 janvier à Bruxelles, puis l’annonce, mercredi 21, d’un plan anti-terroriste par le premier ministre Manuel Valls, la lutte contre le terrorisme occupera aujourd’hui l’agenda du Forum économique mondial de Davos.

François Hollande, « l’homme de Davos 2015 » selon La Tribune, doit y intervenir. Il y parlera, du terrorisme et du climat. Terrorisme ET climat ? Lire la suite »

Manif 29 janvier 2015

 

affiche29-01-2015

 

Pour la lecture du tract, clic sur chaque page

Tract manif 29-01-1 final-1Tract manif 29-01-1 final-2

JE SUIS CHARLIE

Jef_Aerosol

JR_2Regard de Charb à Paris lors de la marche du dimanche 11 janvier à Paris

Bom.kCapture_decran_2015-01-12_a_17.04.05.png.1Les trains roulent aux couleurs de Charlie

Capture_decran_2015-01-12_a_16.59.38

 

 

 

 

 

 

Capture_decran_2015-01-12_a_12.46.23

JRRegards de Charb, Wolinski et Cabu le 9 janvier dans les rues de New York

Gris1DOZE_GREEN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

images

Voyage au Burkina Faso (du 14 au 22 février 2014)

Rédactrice Anne

 Le pays des hommes intègres

 

Vendredi 14 février

Départ de l’aéroport de Paris RCG de la délégation cheminote accompagnée de Daniel Boule : Michel Valadier, Eric Marchiando, Georges (dit Jojo) Larrieu, Rémi Florenty, Henri Duclut et Anne Rasse (instit retraitée)

DSC_0556

Arrivée à Ouagadougou, capitale et plus grande ville du pays avec une population de plus d’un million d’habitants. C’est la saison sèche, il fera chaud et le vent de poussière (l’harmattan) soufflera sûrement. Nous sommes accueillis par Elise et Philippe Ilboudo (Burkinabés et membres de l’association de Jumelage) et par Gilles et Marie Renée Leloup et Claudine Rocher (membres de l’association de Jumelage). Ils nous conduisent au « Moringa » centre d’hébergement et de conférences, pas loin de chez eux et où nous passerons la nuit.

Perso 213

Samedi 15 février

Petit déjeuner chez Elise et Philippe où l’on retrouve Gilles, Marie Renée et Claudine qui seront avec nous pendant tout le séjour et de Madi (Burkinabé ami de la famille Ilboudo)

Perso 342Après un tour en ville afin de prendre des francs CFA et un repas (riz, choux, viande) chez Elise et Philippe, nous partons pour Koaré, un village de 2000 habitants à l’est de Ouagadougou, à 15 kms de Fada N’Gourma. Un bus avec chauffeur  (Cyril) a été loué pour l’occasion et payé par notre délégation. Jacqueline et Virginie qui sont chargées de l’intendance et des repas sur place nous accompagnent également. Nous partons donc à 10 personnes pour un voyage de 4 heures sous un soleil torride, il fait 38°.

On emprunte une route goudronnée (N4) qui passe par Koupéla jusqu’à Fada N’Gourma puis la R 10 vers le sud et les derniers Kms se font sur une piste en terre rouge. Fada se situe à220Kms de Ouagadougou.

Perso 188Arrivée à la nuit tombante à Koaré (il fait nuit vers 18h). Nous sommes accueillis par des dizaines de motos phares allumés et klaxons qui nous escortent jusqu’à notre lieu d’hébergement dans le village. A notre descente de bus nous sommes acclamés par les habitants qui nous font une haie d’honneur digne d’un chef d’état, nous serrons les mains d’enfants, d’hommes et de femmes, heureux de nous voir et qui nous souhaitent une « bonne arrivée ». Nous nous installons dans les quatre pièces vides d’un bâtiment en dur (qui était destiné aux enseignants qui ne l’occupent pas) sur des matelas à même le sol.  Nous sommes ensuite invités à danser avec les gens du village au rythme des tambours et allons saluer le chef qui est présent.

Coucher vers 22h30 après avoir mangé, bu de la Brakina (bière du Burkina) palabré au clair de lune et serré encore des mains.

Perso 183 Lire la suite »

Kaoré : Burkina Faso

 

La liaison retraité(e)s lançait en juin 2011 lors de la semaine décentralisée de Massevaux, une souscription pour la construction d’une classe dans un petit village du Burkina Faso, le village de Kaoré.

Vous avez été régulièrement informé par le journal Le Lien de l’évolution de ce projet.

Deux ans après cette initiative, des retraités, des syndicats, la Fédération, ont par leur participation permis de construire cette classe « en dur » , ouverte à des élèves de CP depuis le 1er octobre 2013.

Vendredi 14 février, une délégation de retraités s’est rendue au Burkina pour inaugurer cette classe.

 

DSC_0556

Chaque retraités à pris en charge le coût de son voyage (vol, hébergement…) .

La délégation est porteuse d’une somme de 3000 € alloué par la fédération, votée par la majorité des syndicats lors du dernier conseil fédéral.

Cette somme sera exclusivement consacrée à l’équipement de cette école du village de Kaoré : matériels scolaires, livres, amélioration des classes existantes…

Ecole de Koaré au Burkina Faso

Gilles Le Loupp Syndicat PSL

 

 

unnamed2La Liaison Retraité(e)s lançait en Juin 2011 lors de la semaine décentralisée de Maseveaux, région de Strasbourg, une souscription pour la construction d’une classe dans un petit village du Burkina Faso à 250 kms de la capitale. Deux ans après cette initiative, des retraités, des syndicats, la fédération ont, par leur participation, permis de construire cette classe, ouverte à des élèves de CP depuis le 1er Octobre 2013.

Tous les dons versés par les adhérents ou nos structures syndicales ont été consacrés à la construction de la classe. Notre personne de confiance là-bas a suivi personnellement les travaux, les démarches administratives et coutumières.unnamed3

Aujourd’hui cette classe est opérationnelle, grâce à vous adhérents et syndicats, nous souhaitons poursuivre cette action pour compléter l’école actuelle par deux autres classes en « dur » et ainsi donner à l’ensemble des élèves et des enseignants un minimum de confort.

Vous retraité(e)s qui avaient versé, vous pouvez d’ores et déjà en cette fin d’année 2013, faire un don pour la prochaine classe que nous espérons opérationnelle dans les deux ans.

Pour ceux qui n’ont pas participé, la réussite de la première classe vous incitera, nous l’espérons, à vous lancer dans la démarche.

En ce qui concerne les syndicats de (PSL, PSE, PE, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Centraux, Normandie, Toulouse, Fédération), nous comptons sur vous en 2014.

Pour les syndicats qui hésitent, il n’est jamais trop tard !

Faites vos dons à l’ordre de l’UFR SUD-Rail.

20130929_105350

SESSION DECENTRALISEE DE PORNICHET : UNE TRES BONNE CUVEE

 Pour notre 10è édition, nous avons choisi le cadre enchanteur de Pornichet, structure gérée par le CCE, qui se trouve à moins de 10 mètres à vol de goéland de l’océan. Ce sont donc les camarades retraités de Nantes qui se sont mobilisés pour dénicher le site et organiser en gestion libre, comme à l’accoutumée, l’intendance.2

Selon un rituel bien rodé et efficace, l’emploi du temps a allié débats, visites de sites proches, et convivialité autour de repas bien garnis.

Concernant les débats, ceux-ci ont été particulièrement denses, avec trois matinées riches en interventions de bonne tenue. Lire la suite »