Archives mensuelles : avril 2009

Compte rendu de la Table Ronde « Facilités de circulation » du 30 Avril 2009

Les Fédérations Syndicales de Cheminots

CGT – UNSA – SUD Rail – CFDT

Compte rendu de la Table Ronde « Facilités de circulation » du 30 Avril 2009
Exigeons de véritables négociations !

C’est à la veille du 1er mai, que la Direction a réuni la Table Ronde « Facilités de circulation » afin de présenter ses nouvelles orientations et propositions sur ce dossier.

Les Fédérations ont rappelé leur ferme opposition à toute augmentation des réservations. Ce projet est guidé par les appétits financiers de la Direction de l’entreprise.
Pour les Fédérations ce projet n’est pas à déconnecter de l’ensemble de la stratégie de la Direction et en particulier du projet « Simplifier et Rassembler la SNCF ».
Les Fédérations ont fait part du fort mécontentement que suscite cette orientation de la Direction. Elles ont dénoncé cette provocation dans un contexte où les cheminots exigent de
nouveaux droits et subissent une dégradation de leur pouvoir d’achat.

Les Fédérations ont ensuite remis plus de 85 000 signatures en exigeant de la Direction qu’elle prenne la mesure du mécontentement et qu’elle réponde aux revendications des cheminots actifs, retraités, ayants droit ainsi que du personnel contractuel et les salariés CE/CCE.
La Direction dans un premier temps a fait des annonces inacceptables réduisant par exemple ses prétentions d’augmentation des réservations de 1€ tout en instaurant une indexation annuelle. Les organisations syndicales ont dénoncé une véritable provocation et demandé une suspension de séance

La Direction, au vu de l’unité syndicale et de la mobilisation des cheminots de tous collèges sur ce dossier, a fait de nouvelles propositions :

  • Nouvelles réductions sur la majoration des réservations (ex : TGV période normale recul de 5€ à 3€.
  • Plus d’indexation annuelle mais clause de revoyure en 2012.
  • Augmentation du nombre de dispense à 9 puis 10 d’ici 3 ans.
  • Ouverture de la 1ère classe à toute la qualification E.
  • Ouverture de facilités de circulation pour les ayants-droit de contractuel ayant au moins 25 ans d’ancienneté.
  • Parcours gratuit pour les enfants de moins de 21 ans entre le domicile du père et celui de la mère dans le cas de séparation.
  • Accès aux facilités de circulation pour les conjoints de PACS identiques aux couples mariés.

Ces premières mesures ne répondent pas aux revendications des cheminots et oublient, entre autres, les retraités et les salariés des CE/CCE.

En conséquence, les organisations syndicales CGT, UNSA, Sud-Rail et CFDT ont indiqué à la Direction que ces quelques propositions étaient largement insuffisantes et pour certaines inacceptables.

Les Fédérations ont demandé la poursuite des négociations dans les plus brefs délais. La Direction a indiqué qu’elle informerait rapidement les fédérations syndicales des suites qu’elle
donnerait à cette demande.

Les Fédérations CGT, UNSA, Sud-Rail, CFDT appellent donc les cheminots à amplifier la mobilisation et à continuer de faire signer massivement la pétition unitaire pour exiger de nouvelles négociations !
Info : Les Fédérations ont aussi obtenu que soit engagée une véritable négociation distincte sur la prise en charge Domicile/Travail comme le prévoit la loi.

Pour une Europe 100 % sociale !

ÉLECTIONS EUROPÉENNES JUIN 2009

Les prochaines élections européennes sont l’occasion pour l’Union syndicale Solidaires de rappeler combien la construction de l’Union européenne nous concerne toutes et tous. En effet, les orientations mises en oeuvre, qui ne cessent de promouvoir et consolider les politiques néolibérales, pèsent dans notre quotidien. Qu’il s’agisse des directives transformant et mettant en cause nombre de nos modèles nationaux (services publics, droit du travail…), ou bien des traités qui voient dans la “concurrence libre et non faussée” la valeur phare de l’Europe, ou encore des derniers arrêts de la Cour de Justice entérinant la domination du droit du commerce sur celui des salariée-s, des décisions fondamentales se prennent à Bruxelles… Mais qu’on ne se trompe pas : les États membres ont beaucoup plus de pouvoirs qu’ils ne veulent bien le dire, et ils se cachent souvent derrière “Bruxelles” pour mettre en place des réformes antisociales, qu’ils ont contribué à élaborer…
Aussi, la construction européenne, qui participe, de par ses orientations, au choix d’une société néolibérale, est pour tou-te-s les salarié-e-s un sujet qu’ils et elles ne peuvent pas laisser de côté.
Politiques fiscales et économiques, temps de travail et droit du travail, services publics, emplois, environnement, politique énergétique, sociale, migratoire… tous ces thèmes doivent, au niveau européen, être mis en place en fonction de principes autres que ceux que les gouvernements nous servent encore aujourd’hui, alors que la crise financière, les enjeux écologiques, les inégalités sociales qui perdurent et se creusent, viennent nous prouver qu’il faut agir autrement…
Parce que l’Europe n’est pensée aujourd’hui que comme un grand marché où les États sont assimilables à des entreprises qui doivent se faire la guerre économique, il est pour nous d’autant plus urgent de réaffirmer notre opposition totale à cette Europe-là. Car c’est bien d’une Europe sociale, d’une Europe de la solidarité entre les peuples, dont nous avons besoin ! Et les réponses, notamment syndicales, ne peuvent plus se limiter aux seuls territoires nationaux. Les revendications doivent passer à l’échelle européenne, pour protéger tou-te-s les salarié-e-s. Les enjeux sont de taille. Il ne faut pas les louper.

europe_1Sommaire
CONSTRUCTION EUROPÉENNE
La construction européenne ou l’imposition progressive du néolibéralisme / L’Union européenne, comment ça marche ? / La Cour
européenne de justice contre l’Europe sociale
POLITIQUE ÉCONOMIQUE
La monnaie : un “bien public” / Les budgets publics dans le carcan du pacte de stabilité / Face aux dégâts de la concurrence, l’harmonisation fiscale
EUROPE SOCIALE
Le leurre de la Charte des droits fondamentaux / Les services publics dans la ligne de mire / Égalité professionnelle
ENVIRONNEMENT
L’Europe et l’écologie
FACE À LA CRISE
L’Europe à la croisée des chemins

Pour télécharger ce document de 8 pages, cliquer ici

LA NOTE HEBDO N° 9 du 28 avril 2009

En complément à notre journal  Le lien du retraité, nous vous proposons une note hebdomadaire. Souvent au fil de nos diverses lectures quotidiennes, divers articles nous semblent être intéressant à connaitre soit pour l’info qu’ils livrent, soit pour les idées qu’ils contiennent. Il nous apparait dommage de rester en tête à tête avec alors que la période mérite que nous en ayons connaissance ou que nous en discutions. Bonne lecture.


Note HebdoAu menu :
ACTUALITÉ des  27 et 27 AVRIL
Lӎmeute du Faubourg Saint-Antoine
SNCF
Élections à la SNCF; suite…
ÉCONOMIE
Élections Parme
Internationale…
ÉCONOMIE
Jeux de vilains !
Sabotage de l’économie nationale, inadmissible !
SOCIAL
Haltes aux atteintes à la liberté du travail !
IMMIGRATION
Délit de solidarité; Besson ment !
ÉDUCATION
Appel du 21 avril des enseignants du primaire en résistance
La désinformation au quotidien !
SANTE
Liaisons dangereuses
Spécial ondes; ce qu’il faut savoir
CONSOMMATION
L’équitable mise sur le vert
CULTURE
Le fascisme, un inquiétant retour

Pour lire, imprimer ou télécharger la lettre hebdo n° 12 c’est ici

LA NOTE HEBDO N°8 du 21 avril 2009

En complément à notre journal  Le lien du retraité, nous vous proposons une note hebdomadaire. Souvent au fil de nos diverses lectures quotidiennes, divers articles nous semblent être intéressant à connaitre soit pour l’info qu’ils livrent, soit pour les idées qu’ils contiennent. Il nous apparait dommage de rester en tête à tête avec alors que la période mérite que nous en ayons connaissance ou que nous en discutions. Bonne lecture.

Au menu :

note-hebdo-8_page_1

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET RECHERCHE
Le gouvernement ignore la mobilisation  et passe en force.
FISCALITÉ
Lagarde mord mais ne se rend pas !
AGRICULTURE
OGM, le maïs suspendu ?!
SANTÉ
Sécu…, le trou sans fin !
CHÔMAGE
ECOLOGIE

La route, une lourde responsabilité
Katanga Business
SAVOIR, CULTURE...
Let’s Make Money


Pour lire, imprimer ou télécharger la lettre hebdo n° 7, c’est ici

Pour le retrait du projet de loi Bachelot (HPST)

unirs1

Pour le retrait du projet

de loi Bachelot (HPST)

Retraités de l’Union Syndicale Solidaires, réunis ce jour en Assemblée Générale, nous tenons à réaffirmer avec force notre opposition au projet de Loi Bachelot actuellement en discussion au Parlement.
En effet, ce projet de loi HPST (Hôpital Patient Santé Territoire) renforce l’autoritarisme et le centralisme et tourne délibérément le dos à une réelle démocratie sanitaire. Préparé sans réelle consultation, il ne tient pas compte des véritables besoins sanitaires de la population et nie les dégâts humains et économiques qu’il va générer.
Ce projet de loi livre l’hôpital public au privé puisque les hôpitaux publics et les cliniques privées à but lucratif seront placés à égalité de droits et les missions de service public de soins aux personnes seront ouvertes au marché de la concurrence.
C’est une loi qui conçoit l’hôpital comme une entreprise privée, dans la perspective d’une marchandisation généralisée de la santé et nous rappelons encore une fois que la santé n’est pas une marchandise et qu’elle n’est pas à vendre, car nous estimons que toute personne, quelle que soit sa condition, doit avoir la possibilité de se soigner selon ses besoins !
C’est aussi loi_bachelot___privatisation_du_syst_me_de_sant__spour toutes ces raisons, que nous réaffirmons avec force notre opposition :
• aux franchises médicales, aux dépassements d’honoraires et aux forfaits de toutes sortes ;
• aux fermetures programmées des lits d’hôpitaux, des services de maternité et de chirurgie ;
• aux regroupements d’hôpitaux avec des conséquences désastreuses sur l’accessibilité et sur les transports des malades ;
• à la recherche de la seule rentabilité dans le cadre des conventions de partenariat entre public et privé ;
• aux milliers d’emplois hospitaliers qui seront supprimés suite à la mise en oeuvre de cette loi ;
• aux fausses mesures d’économie, au détriment de la population dont les possibilités de soins seront mises à mal par la réduction des personnels, par l’éloignement des lieux de traitements, et par leurs coûts d’accès…
Cette loi est socialement intolérable, économiquement inefficace et politiquement inadmissible.
C’est pour toutes ces raisons que nous demandons son retrait pur et simple !
Les retraités sont particulièrement concernés par tout ce qui concerne les questions de santé et d’accès aux soins (qualité, proximité, coût, etc).
Naturellement, nous nous associons aux différents Collectifs de défense de l’Hôpital public, aux Associations d’Usagers et aux Organisations Syndicales qui luttent depuis des mois pour faire abolir ce projet de loi et nous appelons à participer largement aux manifestations organisées le mardi 28 avril (à Paris : Montparnasse – Ministère de la Santé – Sénat) pour rappeler aux Parlementaires que cette loi prépare le démantèlement de l’Hôpital public et du droit pour chacun de se soigner selon ses besoins.

Les retraités de nouveau dans la rue le 1er mai

unirs

POUR UNE AUTRE POLITIQUE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

LES RETRAITES DE NOUVEAU DANS LA RUE LE 1° MAI

Après les manifestations nationales spécifiques « retraités » du 6 mars et du 16 octobre 2008, après la participation importante des retraités aux deux grandes journées nationales unitaires intersyndicales et interprofessionnelles d’actions et de manifestations des 29 janvier et 19 mars 2009, le gouvernement ne change pas d’un iota sa politique économique et sociale. Il poursuit sa politique de rigueur sociale et budgétaire à l’égard du plus grand nombre, et les victimes de ses attaques sont de plus en plus nombreuses : jeunes précarisés et à la recherche d’un emploi, salariés licenciés pendant que leurs entreprises font des profits que se partagent leurs managers et leurs actionnaires, chômeurs maltraités et menacés, retraités au pouvoir d’achat régulièrement réduit. Pendant le même temps, le gouvernement alloue des crédits et des fonds énormes aux banques largement responsables de la crise financière et à quelques grandes entreprises sans aucun contrôle des fonds publics ainsi ouverts.

ofi0n5q5La réunion tant médiatisée des chefs des gouvernements des vingt Etats autoproclamés les plus importants de la planète le 2 avril à Londres a accouché de quelques déclarations d’intention donnant le sentiment d’aller dans le bon sens pour le plus grand nombre, mais les seules mesures effectivement prises n’ont fait que conforter la domination de la finance internationale sur l’ensemble de l’économie mondiale, sans commencer la moindre régulation, le moindre contrôle à son égard, et même en renforçant les moyens financiers d’organismes tels que le FMI dont les orientations passées ont déjà largement contribué à la crise financière et aux difficultés de populations importantes, particulièrement dans les pays du sud.
Il est plus que temps de changer fondamentalement de politique économique et sociale. Il est plus que temps de mettre en place une autre distribution des richesses, par une  augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux. Il est plus que temps de renforcer l’emploi dans le privé comme dans le public et de renforcer et d’élargir les services publics et les budgets sociaux. Il est plus que temps de bâtir une Europe basée sur des relations de coopération et non de concurrence exacerbée, et de l’inscrire dans un monde solidaire.
L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires estime que l’heure est à l’unité large des victimes de ces orientations politiques, économiques, sociales et budgétaires prises au profit d’une petite minorité qui continue d’afficher avec arrogance ses privilèges et ses pouvoirs. Pour ce faire, les organisations syndicales ont une responsabilité importante pour fédérer ces mécontentements et regrouper les revendications conduisant à une société plus juste. La pratique unitaire doit s’accompagner d’une volonté constante de peser effectivement sur les prises de décisions pour obtenir des changements significatifs dans les orientations gouvernementales et patronales.
L’UNIRS appelle à participer largement aux manifestations qui se dérouleront dans toutes les villes de France le 1° mai 2009. Elle appelle d’ores et déjà à faire vivre les débats citoyens et syndicaux pour des politiques publiques, sociales, économiques et budgétaires différentes et pour des actions et des initiatives rassembleuses et efficaces.
Paris, le 21 avril 2009

LA NOTE HEBDO N°7 du 15 avril 2009

En complément à notre journal  Le lien du retraité, nous vous proposons une note hebdomadaire. Souvent au fil de nos diverses lectures quotidiennes, divers articles nous semblent être intéressant à connaitre soit pour l’info qu’ils livrent, soit pour les idées qu’ils contiennent. Il nous apparait dommage de rester en tête à tête avec alors que la période mérite que nous en ayons connaissance ou que nous en discutions. Bonne lecture.

Au menu :

note-hebdo-7_page_11

RETRAITES
Facilités de circulation
Tarifs des prestations en maison de retraite
La dépendance, une réalité qui laisse à désirer
CHEMIN DE FER
Grève à la SNCB (Belgique)
SOCIAL : LUTTES
Enseignement supérieur et recherche : Le gouvernement ignore la mobilisation  et passe en force
SALAIRES
Des commissairesdans la dèche…
SOCIÉTÉ
Karl et le communisme de retour ?
SYNDICAT
Solidaires Nettoyage
SANTÉ
Médecin traitant, attention ?
EDUCATION
L’expérimentation des jardins d’éveil :tour de passepasse
FISCALITÉ
Cadeaux et triche…
TVA et clientélisme
SOCIÉTÉ… MÉDIAS
Agiter l’encensoir ?
L’Europe encore loin du but


Pour lire, imprimer ou télécharger la lettre hebdo n° 7, c’est ici

Ils vivent ici, ils travaillent ici et ils resteront ici…

Soutenus par l’Union syndicale Solidaires, 71 travailleurs intérimaires de la société d’intérim Man BTP sont régularisés !
Ils vivent ici, ils travaillent ici et ils resteront ici…
Depuis le 3 juillet, soit après 9 mois de lutte, les 88 travailleurs sans-papiers de Man BTP, soutenus par l’Union syndicale Solidaires, l’association Droits devant !! et un large comité de soutiens, ont mené une lutte exemplaire pour obtenir leur régularisation et le droit de travailler légalement en France.
Sur les 88 travailleurs intérimaires du le bâtiment, 71 ont obtenu un titre de séjour leur permettant de continuer à travailler sans la peur au ventre et surtout de vivre dignement.sanspapier
Les 88 travailleurs intérimaires sans papiers vivent et travaillent en France depuis des années, paient leurs impôts, cotisent à toutes les caisses de cotisations sociales (assurance maladie, chômage, retraite, contributions sociales diverses…), votent aux élections prud’homales, cela sans bénéficier des mêmes droits que les autres travailleurs.
Grâce aux acquis obtenus par leur lutte, dans un secteur où les travailleurs intérimaires étaient exclus de tout processus de régularisation, ce sont des milliers de salariés qui pourront enfin sortir de l’ombre et cesser de vivre dans la clandestinité.
L’Union syndicale Solidaires s’est résolument engagée depuis le mois d’avril 2008 dans la défense des travailleurs sans papiers. Cette action s’inscrit dans le combat de l’Union syndicale Solidaires pour des droits égaux pour toutes et tous.
Quelle que soit leur situation particulière, nous exigeons du gouvernement la régularisationglobale de tous les travailleuses et travailleurs sans papiers.

LA NOTE HEBDO N°6 du 7 avril 2009

En complément à notre journal  Le lien du retraité, nous vous proposons une note hebdomadaire. Souvent au fil de nos diverses lectures quotidiennes, divers articles nous semblent être intéressant à connaitre soit pour l’info qu’ils livrent, soit pour les idées qu’ils contiennent. Il nous apparait dommage de rester en tête à tête avec alors que la période mérite que nous en ayons connaissance ou que nous en discutions. Bonne lecture.

Au menu :

notehebdo-61

Le G20… de la frime pour gogos !
RETRAITES
Revalorisation : 1%, mais seulement 0,4% pour les retraités cheminots
Promis, juré,craché par terre !
La retraite dorée.. ça existe
CHÔMAGE
En Europe, des chiffres
SYNDICAT
Financement :
AGRICULTURE
En agriculture aussi : Nicolas Sarkozy préfère les riches
Produire et consommer sans OGM
SANTÉ
Amiante, le retour…
Le mercure… danger
Plantes médicinales, les enjeux
SOCIÉTÉ
La RATP vous filme…
SAVOIR, CULTURE…
Bouffer tue
Travailler sans les autres ?

Pour lire, imprimer ou télécharger la lettre hebdo n° 6, c’est ici

Revalorisation des pensions… un schmilblick !

ceinture1Depuis le 1er avril les retraites ont été revalorisées de 1%, soit 0,4% au titre de l’inflation prévue pour 2009, plus 0,8% au titre de la différence entre la prévision et la réalité de l’inflation pour l’année 2008, moins 0,2% au titre de 2007 considéré comme une augmentation anticipée donc à déduire.

Mais pour les retraités cheminots, l’augmentation des retraites au 1er avril ne sera que de 0,4%, soit la prévision de l’inflation 2009. Où est le schmilblick… ? Le rattrapage de la différence entre l’inflation prévue et constatée pour 2008 ne nous est pas appliquée car, jusqu’au 1er janvier 2009, bien que notre caisse soit devenue autonome, nos retraites ont continué d’évoluer comme les salaires des actifs (voir les différentes « Lettres au Pensionné » adressées par la Caisse aux retraités en 2008). Ce qui n’est pas dit, c’est que certaines mesures salariales 2008 pour les actifs n’étaient pas péréquables, un mot savant pour dire que les retraités n’en voient pas la couleur : +2% pour les ex apprentis, 10è échelon, prime de 25 euros pour les métiers à pénibilité avérée et les 207 euros d’intéressement.

Ce ne sera plus le cas à partir du 1er avril 2010. A cette date, nous serons soumis aux mêmes règles (voir encadré) que l’ensemble des régimes de base (régime général, régime agricole, fonction publique, régimes spéciaux).

Qui a dit que l’autonomisation de notre caisse ne changeait rien…, la CGT !!!

Un mot concernant les 207 euros d’intéressement versés à chaque cheminot, sauf aux retraités. Les calculs montrent que cette somme donnée en augmentation de salaire aux actifs, donc prise en compte pour l’évolution de nos pensions, se serait traduite par une augmentation moyenne de 12 euros mensuels, soit 144 euros par année de retraite.

Qui a demandé ce dividende de 207 euros plutôt que des augmentations de salaires…., la CFDT et la FGAAC !!!

Un rappel quand même, SUD-Rail s’est opposé à l’autonomisation de notre caisse de retraite et le reste. Par ailleurs, les retraités SUD-Rail, avec leur fédération, ont toujours exigé la péréquation intégrale de toutes les mesures salariales pour les actifs. La coupure entre retraités et actifs suite à l’autonomisation de la caisse rend plus difficile cette exigence !

Nouvelles règles

L’article 30 du Règlement de la nouvelle Caisse de retraite des cheminots prévoit que les retraites seront revalorisées au 1er avril de chaque année selon les prévisions de l’évolution de l’indice des prix (hors tabac) pour l’année en cours faites par le gouverncaissesvidesement.

Ce coefficient de revalorisation est fixé par une commission dont la composition et les modalités de fonctionnement sont fixées par décret. La différence constatée entre la prévision et la réalité donne lieu à un rattrapage au 1er avril de l’année suivante.

A noter que si la réalité est moindre que la prévision, cela peut  se traduire, comme cette année, par une déduction !

Fini donc l’alignement sur les salaires des actifs et la négociation de nos pensions entre direction et organisations syndicales….