Archives mensuelles : février 2013

DE LA NEIGE…OU DE LA POUDRE AUX YEUX ?

Une  chose  est  sûre,  c’est qu’on  ne  s’ennuie  pas  en retraite.  Il  suffit  d’allumer son  poste  de  télévision  ou  une radio pour qu’une information plus incroyable,  plus  époustouflante chasse chaque jour la précédente.
Un scoop parmi d’autres : il neige en hiver, et c’est 20 minutes de palabres  sur  les  conditions  atmosphériques  entre  deux  annonces de fermetures d’usine, de licenciements,  d’augmentation  des prix ou des taxes. Marre des intempéries et du froid ?

Un scoop : tempête de sable à Gao ou à Tombouctou, où la France, à défaut de remporter des victoires su le front du  chômage,  réussit  à  chasser (provisoirement  ?)  les  obscurantistes qui oppriment les peuples du Sahel,  et  particulièrement  les femmes. Avec les religions, on ne s’ennuie décidément pas : nous venons  d’apprendre  le  départ  en retraite à 85 ans du PDG du Vatican au bout de seulement 8 ans de cotisations. Là encore, les médias en font des tonnes en réservant la quasi-totalité du journal télévisé sur les chaînes publiques, à grand renfort  de  consultants    auxquels  on donne  du  «  Monseigneur  »  avec déférence.  Vive  la  laïcité  sur  les chaines publiques !

S i ce genre d’informations prémâchées vous gave, passez à  table.  Grâce  à  Findus, Spanghero et autres consorts européens, champions de la traçabilité,  bon  appétit.  Miracle  !  Ils  ont réussi  à  transformer  le  bœuf  en cheval, et les consommateurs en pigeons ! Tout ça au nom d’une Europe de la libre concurrence  et du  marché  unique  pour  le  plus grand bien du cochon de payant.

Nous prendrait-on pour des moutons ?

Pendant  que  cette  comédie sans  cesse  renouvelée amuse  le  bon  peuple,  les salariés et les retraités continuent de trinquer au nom de la nécessaire austérité, seule garante du bonheur  collectif.  Après  Goodyear, Petroplus, Florange, (et on en oublie !) Peugeot annonce des pertes record, et c’est le personnel qui paiera les pots cassés, pas  les  actionnaires  ni  les  dirigeants, confortés dans leurs fonctions,  efficacité  oblige.  Et  toute cette farce grinçante ne peut malheureusement  que  se  terminer par des drames, à preuve la dernière affaire sordide d’un chômeur en fin de droits qui s’immole par le feu  devant  le  pôle  emploi  de Nantes. Si nous ne faisons rien pour combattre enfin cette dérive ultra-libérale  qui  pervertit  la  société  entière,  ce  genre  de  faits dramatique  risque  de  devenir hélas courant. Pour nous, il n’y a rien  à  espérer  de  cette  Europe ultra-capitaliste et anti-démocratique, soutenue par les gouvernements  complices  des  27  états membres,  quelle  que  soit  leur « couleur » politique bien délavée.

Aux  citoyens  de  s’emparer d’une salutaire réaction avant que nous soyons tous plumés