Archives mensuelles : juillet 2013

Une «marche des salopes» s’invite à la fête catholique à Rio

Le Monde 27 juillet 2013

Brandissant des affiches proclamant «Retire ta croix de mon utérus !», un millier de personnes ont manifesté samedi à Rio en faveur de l’avortement et du mariage gay sur la plage de Copacabana, devant des milliers de jeunes pèlerins catholiques.

Dans cette «marche des salopes» convoquée sur Internet, se mélangeaient des hommes vêtus en femmes et des femmes en soutien-gorge, short et talons aiguilles, la bouche maquillée en rouge vif. Des milliers de pèlerins qui affluaient sur la plage pour participer à la veillée géante de prières avant la messe de clôture, dimanche, des Journées mondiales de la jeunesse, ont croisé la manifestation, certains atterrés.clip_image001

«Nous croyons que le pape a les moyens d’utiliser toute cette solidarité qu’il dit éprouver pour considérer les femmes comme ses égales», a déclaré à l’AFP Gisèle Barbosa, une professeur d’histoire de 31 ans, du mouvement «Catholiques pour le droit de décider !» qui défend l’avortement. Sur les trottoirs aux petits pavés noirs et blancs du bord de mer gisaient des morceaux de crucifix cassés par les manifestants.

Certains pèlerins ramassent outrés les morceaux de bois : «c’est absurde; ils ne peuvent pas nous manquer de respect comme ça !», dit une jeune femme. «Nous voulons montrer à tous ceux qui ont les yeux tournés vers le Brésil à cause du pape que c’est un pays où les femmes ont très peu de droits, où il semble normal de se faire agresser et où l’avortement est loin d’être garanti», déclare Ana Carolina Castro, 24 ans, en short et talons hauts.

Gabriela Mayall, 25 ans, est venue avec sa fille Flora, âgée de 4 ans, participer à la marche qui devait aller jusqu’à la plage d’Ipanema. «Elle doit voir que ce monde est plein d’injustice contre les femmes, que les petites filles ne sont pas seulement des princesses», dit-elle.

Habillé en femme avec un collier de perles, Erick Araujo manifeste en faveur des droits de la femme. «L’oppression qui existe depuis toujours doit avoir une limite; nous sommes en 2013 et les femmes luttent pour la même chose depuis 1960», déplore-t-il.

Pour l’heure, l’avortement, est seulement autorisé au Brésil en cas de viol jusqu’à huit semaines de grossesse ou quand la vie de la mère est en danger.

 

Le plateau du Larzac à l’abri des convoitises jusqu’en 2083

basta 19 juillet 2013

 

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, vient de signer la prorogation du bail entre l’Etat et la Société civile des terres du Larzac (SCTL) jusqu’en… 2083. La SCTL, qui compte environ 55 membres, assure la gestion de 6 300 hectares sur le plateau depuis 1985. Le 18 juillet, le bail emphytéotique a été porté de 60 à 99 ans, sa durée maximale. Une chance pour les futurs agriculteurs du plateau : « Cela va permettre aux nouveaux venus d’obtenir des baux sur toute leur carrière », estime l’eurodéputé José Bové, passé du collège des exploitants à celui des habitants de la SCTL.

Ces terres, prévues pour l’extension du camp militaire du Larzac en 1971, furent l’enjeu d’un combat qui dura dix ans, mené d’abord par une centaine d’agriculteurs, rejoints par des dizaines de milliers de militants (voir le film Tous au Larzac de Christian Rouaud). Suite à l’abandon du projet militaire en 1981, les terres retrouvèrent leur vocation agricole. En 1985, l’Etat accorda un bail emphytéotique [1] de 60 ans à la SCTL qui favorisa l’installation de jeunes. Ce « laboratoire foncier », comme le présente José Bové, aurait permis d’augmenter de 20 % le nombre de paysans sur ce territoire.

Après le Larzac, au tour de Notre-Dame-des-Landes?

« Comment ne pas faire le parallèle avec l’aéroport inutile de Notre-Dame-des-Landes ? », interroge la Confédération paysanne. « Tous les ingrédients sont en effet réunis : inutilité du projet, initiatives paysannes, mobilisation citoyenne, foncier détenu par les pouvoirs publics. » Des comités de soutiens aux opposants à l’aéroport, venus notamment de Millau et de Rodez, ont d’ailleurs cherché à interpeller le ministre avant la signature du bail.

« À quelques centaines de kilomètres de là, à Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement, en plein déni, persiste à croire qu’il pourra noyer 2 000 hectares de bonnes terres agricoles sous des milliers de tonnes de béton. Comment expliquer ces deux poids deux mesures ? », interrogent les comités. Pour ces derniers, la solution passe par le rejet du projet d’aéroport nantais et la collectivisation des terres sur la « zone à défendre ». Pour accentuer la pression sur les pouvoirs publics, un grand rassemblement festif et militant est prévu les 3 et 4 août prochains à Notre-Dame-des-Landes.

Rémy, Martial et bien d’autres copains seront là ! Camarades soyez au rendez-vous!

 

 

Monsanto au centre d’une nouvelle bataille juridique en France

Le Monde.fr | 12.06.2013

 

C’est un nouveau revers contre Monsanto en France. Le tribunal administratif de Montpellier a suspendu, mardi 11 juin, les travaux d’extension d’une usine de production de semences du géant américain dans la ville de Trèbes (Aude). Un site régulièrement visé par les collectifs anti-OGM qui le soupçonnent de produire des graines génétiquement modifiées.

L’entreprise, implantée dans la commune depuis 1997 sur une zone de 7 hectares (avec une capacité de stockage de 24 000 m3), projettait d’étendre ses installations de production et de conditionnement de semences de maïs et de colza sur 2 hectares supplémentaires, pour un investissement de 50 millions d’euros, en raison d’“une croissance de la demande du marché”.

Depuis janvier, elle avait commencé les opérations de terrassement puis, en mai, les travaux de construction d’une soixantaine de nouveaux silos et séchoirs, après avoir obtenu un permis de construire de la mairie. En tant qu’installation classée pour la protection de l’environnement (IPCE), elle devait ensuite obtenir de la préfecture une autorisation d’exploitation avec enquête publique, pour une deuxième phase de travaux prévus d’ici la fin de 2014, visant à créer une nouvelle unité de traitement des semences et une nouvelle unité d’ensachage et de stockage.

NON-RESPECT DES HAUTEURS RÉGLEMENTAIRES

La justice, qui a statué en référé, a stoppé le chantier au motif d’un non-respect des hauteurs réglementaires des bâtiments en construction – le plan local d’urbanisme prévoit un maximum de 15 mètres. Le tribunal va maintenant examiner le dossier de demande d’annulation du permis de construire. La multinationale, de son côté, n’a pas encore décidé si elle ferait appel du jugement devant le Conseil d’Etat.

“C’est une victoire pour les riverains, susceptible de remettre en cause l’ensemble du projet ou au minimum le bloquer pendant une longue période, se réjouit Me Hélène Bras, avocate des riverains, constitués en association, à l’origine du référé – et par ailleurs avocate de José Bové, député européen et fer de lance du mouvement anti-OGM. Les riverains sont très incommodés par cet énorme site industriel qui arrive maintenant au fond de leur jardin.”

 

“Le bruit, la poussière et les odeurs sont incessants, sans compter les pelures de graines qui se déposent partout”, témoigne Marie-Thérèse Viburni, dont le jardin donne sur le chantier. Quand cette retraitée a acheté, il y a un peu plus de deux ans, une maison dans la zone pavillonnaire du Caïrat, alors séparée de l’usine par un terrain vague, elle ne savait pas que l’entreprise comptait étendre son site. “On a vu Monsanto racheter progressivement les terrains autour de l’usine, mais c’était officiellement pour limiter les nuisances. La mairie s’est bien gardée de nous informer des projets d’extension. Sans ça, je n’aurais jamais acheté là, soupire-t-elle. En cas de problème dans l’usine, on sera aux premières loges…”

CRAINTES SUR LES OGM

Mais si le site de Monsanto suscite tant de craintes et d’oppositions, c’est moins en raison de son caractère industriel que de la question controversée des OGM. Officiellement, l’usine, l’une des plus grosses d’Europe, produit chaque année des dizaines de milliers de tonnes de semences traditionnelles, pour moitié à destination de la France, et pour l’autre vers une trentaine de pays de l’Union européenne (essentiellement l’Espagne et le Portugal), d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient.

Toutefois, lors d’une intrusion sur le site, en janvier 2012, des militants anti-OGM avaient découvert des sacs de maïs OGM MON 810 – interdit à la culture en France depuis le 18 mars 2012 – ainsi que des réserves de Poncho, l’un des insecticides systémiques de Monsanto dont l’utilisation est elle aussi prohibée dans l’Hexagone – et dont le principe actif, la clothianidine, sera interdit à partir de décembre dans l’Union européenne en raison de ses effets sur les abeilles.

“Notre site est habilité à produire, stocker et faire transiter des semences OGM. Il y a eu une production de maïs MON 810, notamment destinée à l’Espagne, mais nous l’avons stoppée l’an dernier afin de ne pas exposer nos salariés à des actions violentes de militants anti-OGM”, rétorque Yann Fichet, directeur des affaires institutionnelles de Monsanto France. Nous utilisons les produits chimiques autorisés dans les pays destinataires de nos semences.”

AGRICULTEURS SOUS CONTRAT

Les affirmations de l’entreprise ne rassurent pas les ONG. “La stratégie de Monsanto est de s’implanter petit à petit quelque part. On craint qu’ils distribuent des échantillons de semences OGM aux agriculteurs de la région et qu’ils finissent par nous contaminer”, explique Michel David, responsable départemental et national de la Confédération paysanne, qui a participé à de nombreuses actions contre le site, notamment en mai, lors de l’appel international contre Monsanto.

 

Pour fabriquer ses semences, l’entreprise a passé des contrats avec des agriculteurs locaux – entre 1 000 et 2 000 selon Monsanto. Les graines sont semées dans leurs champs, avant d’être récoltées, séchées, calibrées, nettoyées et enfin traitées, c’est-à-dire enrobées de pesticides ou insecticides.


 

Accident de Brétigny

2013 - 7 - 15 - Après Bretigny-couleur- Copie

1

Après le dramatique accident de Brétigny, des questions doivent être posées

L’état actuel du réseau ferroviaire est dangereux pour la sécurité

Les alertes auprès des « responsables » n’ont pas manqué. SUD-Rail, mais aussi d’autres organisations syndicales, ont cité de multiples exemples en Conseil d’Administration, en Comité Central d’Entreprise, en Comité National d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail. Les équipes syndicales locales ne cessent de faire de même. Plusieurs études institutionnelles ont confirmé le caractère alarmant de cette situation.
Pourtant, quelques jours avant l’accident de Brétigny, le Président de la SNCF soutenait son « plan stratégique Vision 2020 » qui prévoit d’accroître encore la productivité des cheminot-es chargé-es de la maintenance des infrastructures !
Les « responsables », et notamment le Président de la SNCF, vont-ils en tirer les conclusions utiles ?

  •   Reconnaître leurs responsabilités dans la dégradation globale de l’état de sécurité du réseau ferroviaire.
  • Suspendre toutes les restructurations qui dégradent considérablement les conditions de travail et qui, par exemple, ne permettent plus aux cheminot-es de travailler correctement.

La fédération SUD-Rail exige que ces « responsables » assument leurs responsabilités.

Exploitation et infrastructure ferroviaires sont totalement liées
Or, depuis la casse de la SNCF par la création de RFF en 1997 jusqu’en 2012, tous les « responsables » ont affirmé le contraire. L’actuel Président de la SNCF, notamment, était l’un des principaux défenseurs de la séparation entre Gestion de l’Infrastructure et Exploitation Ferroviaire. La fédération SUD-Rail a combattu ce choix dès l’origine en expliquant que, pour un mode de transport guidé comme le chemin de fer, cette organisation est dangereuse pour la sécurité des circulations.
Depuis vendredi soir, tous ces « responsables », à commencer par le Président de la SNCF, ne parlent que d’infrastructure ferroviaire pour expliquer le très grave accident d’exploitation ferroviaire qui vient de se produire…
Les « responsables », et notamment le Président de la SNCF, vont-ils en tirer les conclusions utiles ?

  • Cesser d’expliquer que la prochaine Loi ferroviaire doit instituer 3 entreprises, alors qu’il faut un service public ferroviaire unifié, rassemblant dans la même entreprise la Gestion de l’Infrastructure et l’Exploitation Ferroviaire.
  •   Arrêter immédiatement l’éclatement par activités orchestré par la direction SNCF et mettre en place une Direction transverse forte, commune aux services d’exploitation ferroviaire et de gestion de l’infrastructure.

La fédération SUD-Rail exige que ces « responsables » assument leurs responsabilités. Lire la suite »

Les 500 plus fortunés de France se sont enrichis de 25% en un an !

Le Monde.fr 10.07.2013

Les 500 premières fortunes de France ne connaissent pas la crise et ont même vu leur richesse globale augmenter de près d’un quart en un an, rapporte l’hebdomadaire Challenges à paraître jeudi 11 juillet.

Leur richesse cumulée s’établit désormais à 330 milliards d’euros et n’a jamais été aussi élevé depuis 1996, année où Challenges a lancé le classement des “500”. Elle a quadruplé en une décennie et représente 16 % du produit intérieur brut du pays. Elle compte aussi pour 10 % du patrimoine financier des Français, “soit un dixième de la richesse entre les mains d’un cent-millième de la population”, affirme Challenges.

Ce groupe de 500 compte 55 milliardaires, soit 10 de plus que l’année dernière, précise l’hebdomadaire. Le plus petit des 445 millionnaires affiche, pour sa part, quelque 64 millions d’euros de patrimoine.

Et la tendance ne semble pas faiblir. Les dix premiers du classement ont vu leur fortune croître de 30 milliards en douze mois, à 135 milliards (40 % du total). Une embellie qui permet même aux riches français de s’inscrire dans le nouveau palmarès des 100 premières fortunes européennes, publié par le magazine suisse Bilan.

ARNAULT, BETTENCOURT, MULLIEZ…

En tête de liste, Bernard Arnault, PDG de LVMH, affiche une fortune de 24,3 milliards d’euros, en hausse de 3,1 milliards. Il est suivi de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt, avec une fortune de 23,2 milliards, qui a fait un bond de 7,9 milliards d’euros. Gérard Mulliez, du groupe de distribution Auchan, arrive non loin derrière, avec 19 milliards (+ 1 milliard), suivi de Bertrand Puech (Hermès), dont la richesse s’est maintenue à 17,4 milliards.

Les suivants sont Serge Dassault, du groupe industriel Marcel Dassault (12,8 milliards d’euros), François Pinault (Kering, 11 milliards), Vincent Bolloré (Bolloré, 8 milliards), le “roi de la bière et du vin”, Pierre Castel (7 milliards) , qui fait cette année son entrée dans le top 10, Alain Wertheimer de Chanel (7 milliards) est lui aussi un nouveau membre du club des 10.

Enfin, le dernier du top 10 est le fondateur de l’opérateur Free, Xavier Niel, entré dans le classement des 500 plus grandes fortunes de France en 2003 avec 80 millions d’euros et qui pèse actuellement plus de 70 fois plus (5,9 milliards).