Effacer la honte du 19 mars 1962 !

Béziers : Robert Ménard veut “effacer la honte du 19 mars 1962”

 

Par Paul Laubacher le Midi Libre

 

Le maire de Béziers débaptise la rue du 19-mars-1962, au profit d’Hélie Denoix de Saint-Marc et lance “l’Algérie, c’est notre paradis”.

images

Le symbole est double et la tentative simple : “effacer” l’histoire. Le maire de Béziers Robert Ménard, proche du Front national, a officiellement donné samedi 14 mars à une rue le nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un militaire, résistant, qui avait pris part au putsch des généraux.

Ironie : la rue qui est devenue “rue du Commandant Hélie Denoix de Saint-Marc” était la “rue du 19 mars 1962”, date des accords d’Evian qui mirent fin à la guerre d’Algérie, rapport le “Midi-Libre”.

Déjà en juillet le maire de Béziers Robert Ménard, sur la ligne du Front national, avait rendu hommage à l’OAS, l’Organisation de l’armée secrète.

“Un acte anti-républicain”

Une manière, pour Robert Ménard, d'”effacer la honte du 19 mars 1962″ et de “saluer la mémoire d’un héros français”. Une vraie réécriture de l’histoire qui a été approuvée le 11 décembre dernier en conseil municipal.

Et les propos du maire de Béziers “vont droit au cœur des nostalgiques de l’Algérie française”, fait savoir le “Midi-Libre”. Le Cercle algérianiste et les réseaux identitaires comme la Ligue du Midi, Riposte laïque, Euro Jihad ou encore l’Adimad qui désirait ériger une stèle dédiée à l’Organisation armée secrète (OAS) au cimetière de Marignane en 2005  sont ravies. Et ont annoncé leur présence aux côtés de Robert Ménard ce samedi.

images.jpeg 1

Contester cette date du 19 mars 1962 est un acte anti-républicain”, commente sur France info Roger Hilèlle, du collectif pour une histoire franco-algérienne non falsifiée.

L’édile a beau vouloir se défendre de toute nostalgie de l’Algérie française, des syndicats et des associations ont appelé à manifester samedi 14 mars à 14 heures “contre les nostalgiques de l’OAS et du colonialisme”, rapporte “L’Humanité“.

Ménard facho, Ménard assassin!”

“L’Algérie, c’est notre paradis. Demandez à nos compatriotes ce que furent les jours après le 19 mars”, lance Robert Ménard, qui s’est exprimé au cours d’une cérémonie qui a eu lieu devant environ 2.000 à 2.500 personnes, explique l’AFP. Il y avait toutefois 500 opposants, qui ont hué l’élu aux cris de “Ménard facho, Ménard assassin!”

“Non, je ne veux plus que nous soyons dans la repentance, je veux dire notre vérité à ceux qui armaient le bras des assassins des harkis, aux bourreaux qui nourrissent encore une haine de la France”, affirme le maire de Béziers.

“Pour nos frères musulmans, il ne faut pas occulter la réalité de notre histoire, Hélie de Saint-Marc était de ceux qui pouvaient mourir pour des idées, pour eux”, déclare Robert Ménard, qui a achevé son discours sous les acclamations de ses partisans, qui scandaient “Algérie française”.

Ils ont ensuite entonné “Le Chant des Africains”, un chant militaire repris pendant la guerre d’Algérie par les Pieds-Noirs et les partisans de l’Algérie française.

“La nostalgie n’apportera rien de bon”

Né à Bordeaux en 1922 et mort à La Garde Adhémar (Drôme) en 2013, Hélie Denoix de Saint-Marc, résistant, fut déporté à Buchenwald. En avril 1961, il fit le choix de l’Algérie française et participa au putsch des généraux à la tête du 1er REP (Régiment étranger de parachutiste). L’opération échouera et lui se constituera prisonnier. Il sera condamné à dix ans de réclusion et effectuera cinq ans de prison avant d’être gracié par le général De Gaulle.

Réhabilité en 1978, il publie en 1995 une autobiographie et multiplie les conférences. Il avait été élevé en novembre 2011 au rang de Grand Croix de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy.

L’initiative de Robert Ménard a forcément suscité la réprobation du Premier ministre Manuel, Valls, qui a jugé, en visite en Bretagne, que “la nostalgie, et notamment la nostalgie de l’Algérie française, n’apportera rien de bon”. Selon lui :

Aujourd’hui, on a besoin de regarder l’avenir avec de l’optimisme et le Front national n’aime pas la France”.

 

Le Front national a de son côté défendu le maire de Béziers. «Total soutien à Robert Ménard pour l’hommage qu’il rendra ce jour au commandant Hélie Denoix de Saint-Marc contre la révision de l’histoire», a ainsi écrit sur Twitter Louis Aliot, vice-président du parti.

 

Nos copains de Solidairesbiterrois étaient présent à Béziers parmi les opposants.

Laisser un commentaire