Confinement et Solidarité N°18

Samedi 25 avril 2020, quarante-et-unième jour de confinement.

Bonjour à toutes et tous nos retraités !

DROIT DANS LE MUR
Dans la note corona N°17 nous avons joint un article du site « Reporterre » qui explique bien comment le gouvernement, ainsi que certains élus locaux, comptent bien « assouplir » (en clair, bafouer) les normes environnementales, afin de faire repartir la croissance et la consommation. Bref, la conclusion de l’article est que le monde d’après risque fort de ressembler à celui d’avant, mais en pire. On ne peut hélas que souscrire à cette affirmation. Cela induit plusieurs choses :
• Les politiques au pouvoir n’ont toujours rien compris aux enjeux qui nous attendent ;
• Ce sont de véritables criminels qui préfèrent sacrifier la santé des populations et de l’environnement au bénéfice de leurs profits et de ceux de leurs amis ;
• leur incompétence, leur bêtise et leur crapulerie sont sans limites, et ils n’ont rien à foutre de faire crever les plus faibles ;
• le réchauffement climatique est une épée de Damoclès et va continuer sa progression inexorable et donc favoriser de nouvelles pandémies, dont les morts s’ajouteront à ceux des canicules, évènements climatiques extrêmes, famines, pollutions, etc. ;
• En un mot, avec ces irresponsables, si nous ne réagissons pas, nous allons droit dans le mur.
A preuve, les propos et l’attitude scandaleuse et irresponsable du roitelet macron (le clavier refuse de mettre un M majuscule, ce n’est pas un nom propre, ni très reluisant) en visite en Bretagne, sans masque (lui non plus n’a pas été livré ?) dans une « usine » de tomates certifiées bio, mais chauffées sous serre toute l’année. Il n’a rien trouvé de mieux que de dénigrer l’agriculture biologique au profit des gros exploitants industriels pollueurs qui ont empoisonné sols et rivières bretonnes. C’est bien la preuve que son discours de bonimenteur est à géométrie variable, que l’écologie est le cadet de ses soucis, comme le prouvent nombre de meures pises par son gouvernement de larbins : outre l’allègement (dont on doute fort du caractère provisoire) des normes évoquées ci-dessus, citons son refus de limiter l’usage des pesticides, sa collusion avec la frange extrémiste des chasseurs, son mépris de la loi littoral…et la liste est loin d’être exhaustive. Bref, celles et ceux qui doutent encore que ce sale type est un véritable nuisible n’ont toujours rien compris au film.
La situation est donc grave, et une simple réflexion donne toute la mesure du problème. En France, et notamment en région parisienne, une habituellement des plus polluées, la circulation routière et l’activité industrielle est en baisse notable depuis le début du confinement. Pourtant, en étudiant les relevés quotidiens du site Airparif, qui mesure la pollution urbaine, la qualité de l’air n’est pas si bonne que ça. Elle est qualifiée de moyenne, voire certains jours de médiocre. Pourquoi ? Parce que nous sommes sous l’emprise d’un anticyclone très puissant scotché sur l’atlantique nord. Résultat : il ne pleut pas (la sécheresse dans la partie nord du pays va vite devenir inquiétante), le vent est souvent inexistant, et les températures sont anormalement élevées pour la saison. Conséquence : les particules fines et les gaz ne restent pas cloués au sol comme en temps de pluie ou évacués comme lors d’épisodes très venteux et leur nocivité est accrue. Le taux d’ozone est également préoccupant. Bien sûr on peut se réjouir du généreux soleil qui rend le confinement plus acceptable (pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin ou un appartement bien exposé). Mais rappelons que l’année 2019 a été une des dix plus chaudes sur la planète depuis le début des relevés, et que toutes les autres années sauf une se situent dans la décade précédente. Le réchauffement climatique est une réalité de plus en plus flagrante. Donc, même si les émissions de gaz à effet de serre ont effectivement baissé depuis le 15 mars dernier, l’impact est évidemment négligeable vu l’inertie du système. Cela veut dire aussi que si la situation avait été normale, avec la circulation et l’activité habituelles, on aurait vécu un épisode extrêmement préoccupant de pollution. Nous serions quotidiennement en zone rouge, avec une qualité de l’air très mauvaise, et on aurait assisté à la litanie habituelle ses demi-mesures inefficaces, comme la circulation alternée insuffisamment respectée, ou aux recommandations des autorités sanitaires du style : « évitez de faire du sport, personnes fragiles, restez chez-vous ». Ils pourraient jouter sans rire : et abstenez-vous de respirer ». En somme, une autre forme de confinement et pour d’autres causes, mais qui démontre que tout est déréglé dans notre monde sur une très mauvaise pente. Et nous ne pouvons qu’être inquiets pour cet été, qui pourrait voir se produire un ou plusieurs épisodes caniculaires qui année après année tendent à devenir la norme, sans que cela n’émeuve trop les gouvernants, incapables de prendre de mesures courageuses car impopulaires. Là aussi, il ne faut pas sacrifier la machine économique ni éveiller l’opinion publique qu’on s’escrime à abêtir par média interposés et consommation à outrance. Mais quand le dérèglement s’emballera en une entropie généralisée, il sera trop tard !
Nous sommes actuellement au pied du mur, et certains veulent nous y faire foncer droit dessus ! Il y a de quoi être révolté, enragé par l’attitude criminelle de la part de ceux qu’on peut objectivement qualifier sans exagération ni grandiloquence d’assassins de notre Terre !
Hélas, cette légitime colère, ce dégoût justifié envers celles et ceux qui par leurs choix et leur idéologie nocive nous entrainent droit dans le mur n’est malheureusement pas partagée par tous nos concitoyens. La faute en est à l’éducation, à l’information, aux conditions sociales, vaste débat que nous ne pouvons approfondir ici. Mais notre survie dans un environnement vivable ne semble pas être le souci principal de certains de nos édiles ni de leurs administrés, plus préoccupés de savoir s’ils pourront aller sur la plage ou en vacances polluantes à l’autre bout du monde cet été. A preuve, les queues qui se sont formées dès la réouverture (qui était sûrement nécessaire et primordiale) de drives MC Donald (in french in the text). C’est bien la preuve que certains n’ont peur de rien, ni de mourir du coronavirus, ni de périr d’intoxication alimentaire….

Pour prolonger la réflexion voici en pièce jointe une analyse “Sévère et réfléchi” de Charlie Hebdo.
Ce lien vous éclairera sur les basses oeuvres de la macronie : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-jeune-femme-placee-garde-vue-banderole-sa-maison-1820434.html

Voici les actualités du ministère de la propagande : Acte 7 : https://fr-fr.facebook.com/LaForgeAuxUtopies/videos/460315168070252/
Acte 8 : https://www.facebook.com/LaForgeAuxUtopies/videos/902077690253353/
La chanson du jour : https://youtu.be/BFOJtRFlY-8
Un hommage à Christophe en pj….
Et quelques images…
A bientôt pour d’autres réflexions. N’hésitez-pas à faire partager les vôtres sur notre boite mail. Bon courage à toutes et tous et surtout prenez soin de vous et de vos proches. En ces temps difficiles le mot Solidarité prend toute sa valeur !

Le Bureau de la Liaison Nationale des Retraité-e-s SUD-Rail

Laisser un commentaire