Les retraité-e-s manifesteront aussi le 1er mai

Après la journée de grèves et de manifestations du 23 mars, les organisations syndicales CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA appellent les salariés à manifester très nombreux le 1° mai « pour affirmer leurs attentes d’un monde plus juste où, partout, chacun a droit à un travail décent ».

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires appelle à participer nombreux et nombreuses aux manifestations syndicales unitaires qui auront lieu dans tous les départements et dans de nombreuses villes.

L’urgence du moment, et l’urgence des mobilisations, compte tenu du nouveau front engagé par le gouvernement et le patronat, est bien l’unité d’action contre les nouvelles contre-réformes programmées en matière de retraites.

De nombreux retraités d’aujourd’hui vivent déjà au quotidien les conséquences des réformes passées. Celle de 1987, qui a décidé de ne plus indexer l’évolution des pensions versées aux retraités sur l’évolution des salaires des actifs, mais sur les prix. Celle de 1993, qui a décidé que le niveau de la retraite de base des salariés du secteur privé serait désormais calculé sur les vingt-cinq meilleures années et non plus sur les dix meilleures années et qui a fixé à quarante ans la durée de cotisation pour avoir droit à une retraite à taux plein, au lieu de 37,5 ans auparavant. Celle de 1996, qui a limité les retraites complémentaires. Celle de 2003 qui, au motif « d’égalité », a étendu à la fonction publique la règle des 40 ans de cotisation. Et celle de 2008 qui a étendu ceci aux régimes spéciaux de retraite des grandes entreprises publiques, et qui a fixé à 41 ans à partir de 2012 la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein.

Les gouvernements porteurs de ces reculs nous disaient déjà que ce qu’ils faisaient, c’était pour « sauver nos retraites ». Nous voyons tous les jours qu’ils n’ont pas sauvé nos retraites, mais qu’ils ont mis en place des systèmes pour nous les rogner un peu plus chaque mois, chaque année.

Pendant le même temps, nous avons pu voir croître les inégalités,. Nous avons vu des milliards d’euros versés à des banques responsables d’une crise aux conséquences énormes et dramatiques, euros versés généreusement et sans contreparties effectives, pendant que la « rigueur » était renforcée à l’égard des salariés, des services publics, de la Sécurité sociale, etc.

Les gouvernements nous ont menti hier. Ils continuent de mentir aujourd’hui. Ce qu’ils veulent, ce qu’ils font réellement, c’est « satisfaire les marchés financiers », c’est généraliser la concurrence entre les territoires pour les rendre « attractifs », non pas à leurs habitants, mais attractifs aux capitaux mobiles sur la planète.

Leur rigueur, leur « tolérance zéro », leur répression s’appliquent bien plus vite et bien plus fort à l’égard des pauvres, des modestes, des moyens, que des privilégiés qui peuvent continuer leurs « affaires » en conservant la confiance des dirigeants politiques !

Ce sont donc des orientations fondamentalement différentes qu’il faut prendre en matière de politique de l’emploi, de politique de l’investissement public, de politique fiscale et budgétaire, de politique salariale dans le privé et dans le public, de politique d’ éducation et de formation, de politique sociale et solidaire.

Pour toutes ces raisons, les retraités et les retraitées de l’UNIRS Solidaires seront dans les manifestations unitaires du 1° mai 2010.

Laisser un commentaire