Le 22 octobre : manifestation nationale

Le 22 octobre : manifestation nationale à Paris contre les licenciements et pour l’emploi .

Chaque jour, les responsables de la crise veulent faire payer aux salariés le prix fort : licenciements, chômage partiel, dégradation des conditions de travail, blocage des salaires… Pendant ce temps, les grands groupes industriels et les banques affichent des résultats financiers insolents. Les directions d’entreprises profitent de la crise pour restructurer à bon compte et détruire massivement l’emploi.
Elles profitent des aides publiques qui leur sont versées sans aucun contrôle ni aucune contrepartie.
Face à cela, il est urgent d’imposer au patronat et au gouvernement d’autres choix qui priorisent l’emploi, les garanties des salarié-es, le pouvoir d’achat, l’amélioration des conditions de travail… plutôt que les dividendes pour les actionnaires et les plus-values pour les marchés financiers.
Depuis plusieurs mois, des luttes importantes se mènent dans les entreprises, notamment dans les secteurs de la Chimie/Pharmacie et de la Métallurgie, pour résister à tous ces  mauvais coups.
L’Union syndicale Solidaires soutient ceux et celles qui luttent quotidiennement dans leurs entreprises : Michelin, Rhöm et Haas, Goodyear Dunlop, Freescale, Chaffoteaux, Continental, Molex… et tant d’autres qui essaient de maintenir l’emploi ou d’obtenir les indemnités qui leur permettront, à eux, et à leur famille, de survivre.
L’Union syndicale Solidaires s’inscrit pleinement dans toutes les initiatives qui favorisent la convergence et la coordination de ces mobilisations et leur développement.
Dans ce sens, avec ses unions de l’Industrie et de la Chimie-Pharmacie, Solidaires appelle à manifester massivement à Paris le 22 octobre, répondant positivement à la proposition de la CGT d’une manifestation nationale ce jour-là. D’ores et déjà, dans plusieurs entreprises, des sections syndicales CGT et SUD ont décidé d’appeler ensemble au 22 octobre. Solidaires propose que le 22 octobre se prépare le plus unitairement possible dans le maximum d’entreprises afin que cette journée constitue une étape importante dans la construction d’un  rapport de forces général.

Tous ensemble le jeudi 22 octobre à Paris.
Rendez-vous : 13 heures Place Denfert Rochereau

19 mars : La colère s’amplifie !

La journée du 19 mars a été encore plus forte que celle du 29 janvier. Près de trois millions de manifestants dans toute la France avec plus de 200 défilés. Ceux qui attendaient une décrue de la mobilisation doivent déchanter. Le président de la république espérait, avec son « sommet social » et les mesurettes qui en sont sorties, que la colère des salariés se dégonflerait. Le Medef, qui a dénoncé les grèves et les manifestations, l’espérait aussi. Ils en sont pour leur frais !
autocol_19_-_petit
Malgré cette mobilisation, le gouvernement fait la sourde oreille comme l’a fait le Premier Ministre François Fillon au journal télévisé de 20 heures ce soir. Il faut le forcer à entendre la colère qui monte et les urgences sociales qui s’expriment. L’enjeu aujourd’hui est de savoir qui paiera la crise actuelle. Sera-t-elle payée par celles et ceux qui n’en sont absolument pas responsables, les salariés, les chômeurs et les retraités ? Ou le sera-t-elle par ceux qui se sont enrichis ces dernières décennies en exploitant toujours plus les salariés et qui sont les fautifs de la situation actuelle ? Le gouvernement et le patronat ont déjà répondu, le premier en multipliant les cadeaux au second qui licencie à tour de bras pour maintenir ses profits.

Dans cette situation, il faut s’appuyer sur la dynamique de cette journée pour amplifier encore le rapport de forces et imposer au gouvernement et au patronat de vraies mesures en matière d’emploi, de salaire, de minima sociaux, de services publics, de protection sociale, de réduction des inégalités à travers une autre fiscalité.

Face aux urgences sociales et à la nécessité d’imposer des politiques alternatives, pour l’Union syndicale Solidaires, la question de la construction d’un mouvement d’ensemble, d’un mouvement de grève générale interprofessionnelle est posée.

D’ores et déjà, il est indispensable que l’intersyndicale propose un nouveau rendez-vous interprofessionnel avant la fin du mois.

L’Union syndicale Solidaires appelle les salariés à développer les mobilisations partout dans les entreprises et la fonction publique, et dans les départements, à construire les convergences et la solidarité autour des entreprises en lutte.

Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires

Manifestations et actions du 19 mars 2009 :

Les retraités, avec les salariés et les chômeurs,pour une autre politique économique et sociale.

L’Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités Solidaires (UNIRS) enregistre avec satisfaction que l’unité entre les organisations syndicales se poursuit et conduit à un appel commun à des grèves et à des manifestations pour le jeudi 19 mars. Le Président de la République et le Gouvernement ne modifient en rien leur politique, même si, après les très fortes mobilisations du 29 janvier, ils ont apporté quelques inflexions marginales à leur plan de « relance ». Pendant ce temps, les représentants du patronat continuent d’engranger des exonérations fiscales et sociales, des aides, des subventions, des détaxations, des prêts publics, en mettant en avant les difficultés de certaines PME ou de petits commerces. Les banques, en grande partie responsables de la crise, et quelques grandes entreprises, se voient attribuer des aides publiques énormes tout en poursuivant leurs politiques privilégiant la rémunération de leurs actionnaires.
Depuis des années le pouvoir d’achat des retraités est en diminution régulière, et chaque année un nombre croissant d’entre eux est aux prises à des difficultés financières énormes qui leur font renoncer à des dépenses indispensables, dans le domaine du soin notamment. La réforme en cours de l’hôpital annonce des difficultés supplémentaires pour demain pour pouvoir accéder aux soins dans des conditions de proximité et de qualité satisfaisantes. Lire la suite »

Après le succès du 29 janvier, agir vite et encore plus fort !

UNION SYNDICALE SOLIDAIRES

dscf44642

La journée de grèves et de manifestations appelée par l’ensemble des organisations syndicales a été un succès considérable. Plus de deux millions de personnes ont manifesté dans toute la France et de fortes grèves ont touché de nombreux secteurs. Salariés du privé et du public, retraités, chômeurs, jeunes, côte à côte, ont exprimé leur colère d’une situation dont ils ne sont nullement responsables, mais dont ils sont les premières victimes. Gouvernements et entreprises veulent faire payer la crise du capitalisme financier à la population alors qu’ils ont encouragé la spéculation financière nourrie par la dégradation considérable de la condition salariale.

Le plan de relance du gouvernement, censé combattre la récession, ne relancera rien. Il s’agit, pour l’essentiel, de nouveaux cadeaux au patronat qui n’auront, comme d’habitude, aucun effet sur l’emploi. Le plan d’aide aux banques, qui s’apparente à un sauvetage des banquiers, laisse la création monétaire et la stabilité financière, qui sont des biens publics, aux mains d’intérêts privés. Le gouvernement s’entête dans une logique qui laisse la loi du profit piloter la politique économique et sociale.

C’est cette situation qui est aujourd’hui refusée par la grande majorité de la population. Les déclarations du gouvernement montrent pourtant qu’il n’est pas prêt à changer de politique. Il faut donc lui imposer ce changement. Les conditions sont réunies pour appliquer d’autres solutions qui rompent avec la logique du profit en satisfaisant les besoins sociaux et en mettant en oeuvre les impératifs écologiques.

Le succès de la journée du 29 janvier ne doit pas être sans lendemain. Pour l’Union syndicale Solidaires, il faut s’appuyer sur son très fort succès pour amplifier une dynamique de mobilisation qui permette de gagner. Il s’agit donc d’amplifier et d’enraciner la mobilisation au plus profond du pays, et ce le plus vite possible. C’est cette perspective que mettra en avant l’Union syndicale Solidaires lors de la réunion unitaire des organisations syndicales le 2 février.

Le 29 janvier 2009