Confinement et Solidarité N°2

Samedi 21 mars 2020, sixème jour de confinement.

Bonjour à toutes et tous nos retraités !

Voici quelques réflexions que nous inspire la crise sanitaire, qui se double bien entendu dans notre pays accoutumé aux polémiques d’une crise politique. Il faut dire que vu l’incurie du personnel politique aux manettes (mais aussi en partie dans l’opposition) les légitimes interrogations et critiques ne pouvaient que proliférer selon une courbe encore plus exponentielle que le coronavirus !

A tout seigneur tout honneur, l’Empereur Manu 1er est en guerre. Disons qu’il a changé d’ennemi, puisque jusqu’à présent il guerroyait plutôt contre les acquis sociaux, les gilets jaunes, les fainéants de cheminots, et d’autres improductifs. Son discours est un modèle d’élasticité : jusqu’à présent ultra-libéral, maintenant il se drape dans les oripeaux de Clémenceau en jouant le père de la Nation, bref tout ceci sent l’insincérité et l’opportunisme à plein nez, même s’il fait le boulot sur l’information aux Français sur la gravité de la situation.

Mention d’honneur à son fidèle toutou le premier Sinistre, qu’il faudra surveiller de près en ce qui concerne les restrictions aux règles de la démocratie et de la liberté, cela fût-il au nom de la lutte contre le virus.
Enfin mention spéciale à l’ex-ministre de la destruction de la Santé, qui, après avoir abandonné le bateau au milieu de la tempête pour tenter de sauver la candidature LREM à la mairie de Paris (après avoir juré que cela ne l’intéressait pas) sème le trouble et provoque un véritable scandale politique par ses propos stupéfiants, comme quoi elle aurait avisé ses maîtres dès janvier de l’imminence de la catastrophe sanitaire, et que ceux-ci ne l’auraient pas écouté ! Que n’a-t-elle alors démissionné de son poste et porté l’affaire dans les médias, vu l’ampleur de la catastrophe que pressentait soi-disant cette Cassandre d’opérette ? Après la crise, il faudra que tout ce beau linge assume ses responsabilités, pour ce qui pourrait devenir une affaire plus retentissante encore que celle du sang contaminé.

En bons adeptes du « en même temps » nos princes ordonnent tout et son contraire. Restez confinés au maximum ! Oui, mais allez travailler, allez voter! Faudrait savoir ! D’autant que les personnels chargés de notre ravitaillement sont très exposés aux risques : peu de masques, respect aléatoire dans les supermarchés des distances de sécurité, difficultés pour se laver et se restaurer pour les chauffeurs routiers, voici des signes tangibles d’une désorganisation qui ne rassure pas. Autre exemple, la litanie : lavez-vous les mains avec du gel hydroalcoolique. Ah oui ? Et qui peut en trouver, les pharmacies n’étant plus livrées depuis le début de la crise. Heureusement que pour l’instant il n’y a pas de pénurie de savon !

Plus grave, Très grave, l’affaire des masques, indispensables aux personnels de santé, docteurs, infirmiers, dentistes, etc. Là c’est tout simplement ahurissant ! Cette pénurie inadmissible est indigne de notre système de santé. Fabriquer et distribuer des masques en nombre suffisant ce ne devrait quand même pas être la mer à boire. Cela en dit long sur la déliquescence de notre système de santé, incapable de faire face dans de bonnes conditions à l’épidémie. Là aussi celles et ceux qui par leurs choix guidés par le profit l’ont méthodiquement détruit depuis des années devront rendre des comptes. Hélas ce chaos n’est pas propre à la France. En Italie, pays très durement touché par le virus, l’Etat a réduit en 10 ans de 37 milliards d’euros les dépenses de santé, avec la perte de 70 000 lits et la fermetures de services et de petits hôpitaux. L’Union européenne, comme ailleurs dans le monde, a créé par ses dogmes économiques uniquement axés sur la concurrence, le profit, la rentabilité, les conditions de son impréparation à la gestion de la crise.

Alors quand le coronavirus aura été éradiqué, il faudra aussi éradiquer complètement les mentalités de ces capitalistes qui nous ont précipités dans ce chaos. Pendant la crise, nos guignols jurent la main sur le cœur que promis on en tirera toutes les leçons. Témoin la déclaration grandiloquente du bouffon Sarkozy en 2008 « la crise financière marque la fin de la mondialisation et du capitalisme libéral » avec le succès que l’on sait. A rapprocher des paroles de Macron sur la nécessité de changer nos orientations. Gageons que le naturel chassé reviendra vite au galop, et il faudra prendre des mesures prophylactiques sévères pour empêcher ces nuisibles de rebondir.
A bientôt pour d’autres réflexions. N’hésitez-pas à faire partager les vôtres sur notre boite mail et surtout, gardez le moral en prenant soin de vous !

Pour prolonger la réflexion voici des liens à suivre : tout d’abord une visio conférence de Philippe Santonetti, professeur au Collège de France, sur le corona virus. C’est traité d’une manière scientifique mais c’est aussi très instructif. Ça va vous occuper 1 heure : https://france.attac.org/actus-et-medias/les-videos/article/covid-19-ou-la-chronique-d-une-emergence-annoncee?pk_campaign=Infolettre-2390&pk_kwd=france-attac-org-actus-et-medias

Voici un lien pour réécouter l’émission de France Inter de vendredi 20 mars à 8h20 : Le Grand Entretien dans laquelle l’écrivain Sylvain Tesson était invité : un grand moment de sagesse sur les rapports que nous entretenons avec le temps :
https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-20-mars-2020

Et pour terminer en détente voici en images quelques moments sympathiques (voir pj).

Bon courage à tous et surtout prenez soin de vous et de vos proches. En ces temps difficiles le mot Solidarité prend toute sa valeur.

Liaison Nationale des Retraité-e-s SUD-Rail

Laisser un commentaire