Confinement et Solidarité N°7

Mercredi 1er avril 2020, dix-septième jour de confinement.

Bonjour à toutes et tous nos retraités !

PANDEMIE ET ECOLOGIE

De nombreuses voix s’élèvent dans les médias pour lier la pandémie du virus covid-19 à l’état d’insalubrité de la planète entière et des organismes vivants. La crise sanitaire en cours est aussi une crise écologique. En effet l’intensification des interactions avec le monde du vivant, que ce soit les animaux, les végétaux, et bien sûr les micro-organismes tels virus ou bactéries, a ouvert une boîte de Pandore dont nous subissons les premiers effets. La déforestation, l’artificialisation des biotopes, ont fragilisé la barrière entre les hommes et le monde sauvage. Privés de leur habitat naturel, parqués dans des conditions sanitaires effroyables pour une consommation égoïste, chauves-souris, pangolins, et autres ont fini par briser les remparts immunitaires, et voilà des virus inconnus et puissamment pathogènes qui débarquent, celui actuel n’étant, si nous ne changeons rien de nos rapports avec le vivant, que le premier d’une longue série. A cela s’ajoute l’urbanisation galopante qui favorise la promiscuité et donc la prolifération hors de contrôle des épidémies, sans parler de l’accroissement de la population qui, outre l’épuisement des ressources vitales, favorise aussi la diffusion des maladies. De plus, le réchauffement climatique produit des effets délétères sur la qualité de l’air que nous respirons. Les particules fines omniprésentes sont désormais soupçonnées d’être un vecteur de diffusion du virus, en favorisant la fragilisation des voies respiratoires.

Autre conséquence prévisible, la fonte dans les régions arctiques du pergélisol (permafrost) risque de libérer des bactéries redoutables, emprisonnées dans la glace depuis des millénaires, et contre lesquelles nous ne sommes pas immunisés, telles l’anthrax (maladie du charbon).

Donc si l’on veut une bonne santé humaine, il la faut également pour notre pauvre planète malmenée depuis des décennies par nos choix nocifs : consommation à outrance, massacre des milieux naturels, pollutions en tous genres, tourisme de masse, etc. En fait l’homme démiurge a engendré ce qu’on appelle un cygne noir, à savoir un phénomène qu’on n’avait pas vu arriver (sauf les scientifiques éclairés qui prêchaient dans le désert), qui a des conséquences fortes, et dont on sait expliquer le pourquoi.

Ce qui se passe doit déciller les yeux de celles et ceux qui traitent le grave problème du réchauffement climatique soit en le niant, soit en repoussant aux calendes grecques le changement indispensable de paradigme. Non nous n’avons plus le temps de tergiverser et de procrastiner, et l’effroyable crise sanitaire actuelle nous le démontre sans ambiguïté. Nous sommes au pied du mur, il est urgentissime de changer de braquet et de direction, sinon les collapsologues finiront hélas très rapidement par avoir raison. Quant aux transhumanistes, adeptes de l’homme augmenté, qui affirment sans peur du ridicule que la science et la technique viendront à bout des maladies, voire de la mort, la situation actuelle les fait rentrer dans leur tanière. Si le ridicule tuait, ils seraient les premières victimes collatérales de la pandémie. A moins qu’ils n’aient eu le temps d’embarquer dans leurs vaisseaux spatiaux ver Mars, Jupiter ou au fin fond de la galaxie. Bon vent, et qu’on ne les voie et on ne les entende plus !

Enfin, il serait temps que les organisations internationales se penchent sur le cas des irresponsables tels Trump ou Bolsonaro, qui, par leurs agissements et leurs déclarations de débiles mentaux, sèment le trouble et empêchent l’humanité de changer de cap le plus rapidement possible, tout en accélérant la fuite en avant vers la catastrophe finale. Sur le modèle du Tribunal Pénal International, chargé de juger les criminels de guerre, il est grand temps de créer un Tribunal Sanitaire International, avec pour mission de mettre hors d’état de nuire ces fous dangereux en les inculpant de crime contre l’avenir de l’Humanité.

Et notre roitelet national, Empereur ces temps-ci plutôt manchot, celui qui a tué l’hôpital public et la recherche, celui qui refuse toute limitation des pesticides, qui autorise l’allongement des périodes de chasse, qui veut permettre le tir des animaux sauvages y compris dans les parcs nationaux, qui souhaite alléger les normes environnementales et la loi littoral, celui qui a massacré le chemin de fer au profit des cars privés, l’adepte de la croissance et du profit, ce triste sire et son gouvernement d’incapables, ainsi que leurs prédécesseurs, devront eux aussi répondre des mêmes chefs d’accusation.

Pour illustrer cette analyse suivez ce lien sur le même sujet : https://reporterre.net/En-Chine-et-en-Italie-les-premiers-foyers-epidemiques-sont-des-zones-tres-polluees

Voici une magnifique lettre de l’écrivaine Annie Ernaux lue ce lundi 30 mars dans l’émission d’Augustin Trapenard sur France Inter. Voici le texte en pj ou suivez ce lien pour l’écouter : https://www.franceinter.fr/emissions/lettres-d-interieur/lettres-d-interieur-30-mars-2020

Ce lien renvoi vers une vidéo où un médecin de La Pitié-Salpétrière remet sèchement à Macron lors de sa visite du 27 mars :
https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/video-on-est-vraiment-au-bout-le-cri-d-alarme-d-un-medecin-de-la-pitie-salpetriere-face-a-emmanuel-macron_3843431.html

Une chanson, un cri de colère qui a accompagné toutes nos manifs depuis le 5 décembre et qui prend une autre signification avec la pandémie : https://www.youtube.com/watch?v=eFRKzttVLWg

En pj une chanson écrite par un de nos retraité et qui tient à la partager.

Et comme dab, quelques sourires…

A bientôt pour d’autres réflexions. N’hésitez-pas à faire partager les vôtres sur notre boite mail et surtout, bon courage à tous et surtout prenez soin de vous et de vos proches. En ces temps difficiles le mot Solidarité prend toute sa valeur !

Liaison Nationale des Retraité-e-s SUD-Rail

Laisser un commentaire